mondialisme.org

Pourquoi nous quittons la campagne contre l’AMI

dimanche 11 janvier 2004

De Fabel van de illegaal, décembre 1999

Depuis 1997, De Fabel van de illegaal a participé activement à la campagne néerlandaise contre l’AMI et l’OMC, et s’est chargé du secrétariat national du groupe d’action MAI niet gezien ! (L’AMI, sans moi !). Le grand intérêt que portait l’extrême droite pour cette campagne nous dérangeait depuis longtemps. Après de longues discussions, nous sommes arrivés à la conclusion que l’intérêt de l’extrême droite pour cette campagne n’était pas dû au hasard mais était cohérent avec l’idéologie de ce courant.

De même, nous avons remarqué que, dans bon nombre de campagnes internationales, des groupes progressistes coopéraient avec des organisations nationalistes de la Nouvelle Droite. Par exemple, c’est ce qui est arrivé à l’International Forum on Globalization (IFG) qui a pris l’initiative de la campagne anti-AMI initiée en 1997. Des dizaines de militants et de chercheurs participent à l’IFG, et des organisations de gauche comme Thirld World Network et Public Citizen collaborent avec le Council of Canadians, une organisation aux tendances nationalistes ainsi qu’avec l’International Society for Ecology and Culture, groupe extrêmement conservateur.

La Nouvelle Droite millionnaire

De plus, un des principaux membres et bienfaiteurs de l’IFG est le millionnaire Edward Goldsmith.Propriétaire et rédacteur en chef du magazine The Ecologist, cet individu est lié à des groupes de réflexion de la Nouvelle Droite en Angleterre, en France et en Belgique. Les thèmes idéologiques de Goldmisth ont été repris par Synergies, alliance de la Nouvelle Droite couvrant toute l’Europe. Goldsmith plaide pour « un retour à l’ordre social naturel » et la séparation des « divers groupes ethniques ».

Il y a quelque temps, le millionnaire a souhaité participer aux élections européennes par le biais du Mouvement écologiste indépendant, groupe d’extrême droite. Le même Goldsmith prend part - à travers l’IFG, la James Goldsmith Memorial Foundation et The Ecologist - aux campagnes contre l’AMI, l’OMC, la mondialisation et les manipulations génétiques. Quasiment toutes les organisations jouant un rôle-clef dans ces campagnes sont financées par lui ou collaborent étroitement avec Goldsmith. En 1997, toute la rédaction du magazine The Ecologist a démissionné à cause des liens de Goldsmith avec l’extrême droite. Les raisons de leur départ sont bien connues par les membres des autres organisations, mais jusqu’aujourd’hui personne n’a suivi leur exemple. Une discussion à ce sujet n’a pas encore eu lieu.

Des problèmes mineurs ?

La situation actuelle est liée au fait que les campagnes internationales prennent peu de positions anti-patriarcales et anti-racistes. Le racisme et le sexisme sont considérés comme des problèmes mineurs. Ceci est inacceptable pour De Fabel van de illegaal. C’est pourquoi le groupe MAI niet gezien ! (L’AMI, sans moi !) a organisé un séminaire sur « La mondialisation de la pauvreté ». Durant les ateliers et au cours de la réunion plénière, les participants se sont beaucoup intéressés à la politique démographique internationale, aux programmes de stérilisation forcée, à l’illégalisation des rescapés des guerres et des migrants et à la position des femmes dans les zones de libre-échange.

De Fabel van de illegaal a noué des relations avec Peoples’ Global Action against Free Trade and the World Trade Organisation (PGA), regroupement de divers mouvements radicaux du Sud. Dans un esprit critique mais solidaire, nous avons écrit une longue analyse du manifeste fondateur de PGA pour expliquer pourquoi il aurait été souhaitable d’intégrer des analyses anti-capitalistes, anti-patriarcales et anti-racistes dans la campagne contre le libre-échange. Presque un an plus tard, nos tentatives de discussion n’ont porté aucun fruit. Le problème semble surtout se trouver dans le choix de l’élément-clef de la campagne : le libre-échange. La séparation idéologique qui est opérée entre le capital étranger ou international et l’État national, est tout simplement inadmissible pour la gauche radicale.

Accroître la solidarité internationale

De Fabel van de illegaal refuse de participer à une campagne qui, parce qu’elle ne souhaite pas se situer clairement à gauche, accepte le soutien croissant de la Nouvelle Droite. C’est pourquoi nous avons choisi choisi de quitter la campagne contre l’AMI. Durant les mois qui viennent, nous étudierons l’influence organisationnelle et idéologique de la Nouvelle Droite sur les campagnes contre le libre-échange. De Fabel publiera un certain nombre d’articles à ce sujet afin de déclencher une discussion internationale. Une telle discussion pourrait contribuer au développement d’analyses et de campagnes de gauche plus claires en qui concerne la solidarité internationale.

Eric Krebbers et Merijn Schoenmaker

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0