mondialisme.org

A propos de Collegamenti Wobbly

mercredi 12 mai 2004

Dans notre n° 103 (hiver 2002), p. 71, figurait une présentation critique de la revue italienne Collegamenti Wobbly. Nous avons reçu ces quelques mises au point :

J’ai lu vos brèves considérations parues dans le n° 103 d’Echanges à propos de la dernière livraison de Collegamenti.

Quelques mises au point peuvent être utiles. Les prolétaires effectivement ne s’occupent, pour ce que nous en savons, ni des positions politiques des « Désobéissants », ni des théories politiques de Toni Negri. Ils ne connaissent des « Désobéissants » (encore faut-il qu’ils les connaissent) que les images transmises par la télévision et ils ne savent fort probablement rien sur Toni Negri.

D’autre part, Collegamenti est une petite revue diffusée et lue dans un milieu bien spécifique et elle ne représente guère la composition moyenne de la classe. Par conséquent, Collegamenti ne répond pas aux exigences des prolos telles qu’elles se manifestent aujourd’hui mais aux exigences d’un milieu de camarades intéressés par les sujets qu’elle aborde. Elle le fait peut-être mal, mais c’est l’intention qui l’anime.

D’ailleurs, en lisant le même numéro de votre revue, je trouve deux types de lettres ou d’articles qui sont d’après moi très intéressants. Cependant le premier type convient encore moins « au public prolétaire » que les articles que nous avons publiés. Et le deuxième type demande que l’on soit encore davantage enclin à la réflexion théorique. Pour donner un exemple du premier type de lettre ou d’articles, « Critique moralisante et lutte de classe » ou « La critique situationniste du situationnisme », qui sont tout à fait légitimes au sein d’un débat concernant l’ultra-gauche. Pour donner un exemple du second type de lettres ou d’articles, je cite le texte fort intéressant « Europe, élargissement à l’Est et migrations ».

Pour résumer, je crois que les revues comme celles que nous publions sont des instruments de discussion critique, de confrontation au sein d’un milieu intéressé par les sujets traités. Si vous parlez du « situationnisme » et nous des « Désobéissants », nous nous occupons de questions qui nous intéressent, un point c’est tout, comme cela est tout à fait normal dans un collectif rédactionnel.

En revanche, il y a un malentendu pour ce qui concerne les positions politiques. Je ne crois pas qu’il y ait de « mauvais dirigeants » qui manipuleraient un « bon mouvement » et je ne crois pas que d’autres camarades de la rédaction pensent des choses pareilles. J’aurais des doutes sur le caractère « petit-bourgeois » du mouvement. Nous sommes dans une situation complexe (mobilisation des travailleurs, révolte de la classe moyenne semi-cultivée, mobilisation de la jeunesse). Il serait intéressant d’en discuter. Pour le moment, je m’arrête là.

C. S.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0