mondialisme.org
Accueil du site > Ni patrie ni frontières > Documents utiles > Mémorial98 : Dieudonné, le fond Dutroux.

Mémorial98 : Dieudonné, le fond Dutroux.

mercredi 6 mai 2015

La défense de la liberté d’expression de Dieudonné a été une cause unificatrice ces dix dernières années. L’extrême-droite n’a pas été la seule à affirmer qu’on avait le droit de tout dire : tout un pan de la gauche, tout en condamnant les saillies les plus caricaturales du politique néo-nazi, a toujours répété que la loi ne devrait pas sanctionner des paroles. D’autres admettaient une condamnation judiciaire, mais pas des mesures permettant de faire cesser immédiatement des appels réitérés et prévisibles à la haine raciale, notamment.

Depuis le lundi 4 mai , sur le site Quenel Plus, s’affiche ce qui est présenté comme un entretien avec Patrice Alègre, actuellement détenu à la centrale de Poissy pour cinq meurtres, une tentative de meurtre et six viols qu’il a reconnus. Dieudonné affirme depuis plusieurs années animer un « atelier » dans cette centrale avec d’autres personnes condamnés pour meurtres et tortures , dont Germain Gaiffe, présenté comme le directeur de publication de Quenel Plus. Depuis quelques semaines, il annonçait son rapprochement avec Patrice Alègre.

Apocryphe ou non, le contenu de cet « entretien » est difficilement soutenable à la lecture. Dans un premier temps, le texte s’attaque à l’enfant en situation de handicap de Laurent Louis, politicien antisémite avec lequel Dieudonné s’est récemment brouillé pour une affaire de gros sous liée au lancement de l’Ananassurance. « Morte née accrochée au fion de sa mère », « cancrelat tout désarticulé », « baignant dans sa pisse et dans ses excréments » sont quelques uns des qualificatifs utilisés. Dans la suite du texte, l’auteur appelle au meurtre à coup de pelle de l’enfant. Dans la suite de l’article, c’est l’assassinat récent d’une petite fille violée qui est évoquée dans des termes tout aussi insoutenables, accompagnés du prénom de l’enfant.

Une partie des antisémites qui commentent ce texte sont choqués : bien évidemment, quand ceux là disaient qu’on pouvait rire de tout, ils pensaient surtout qu’on pouvait rire des victimes juives du génocide perpétré par les nazis.

Mais la question posée par cet appel au meurtre des enfants en situation de handicap, accompagné d’apologies de viols et de meurtres d’enfants ayant réellement été assassinés ne questionne pas seulement la responsabilité des partisans officiels de Dieudonné.

Qu’en pensent celles et ceux , organisations politiques, éditorialistes plus ou moins connus, militants de la « liberté d’expression » qui défendent une politique qui consisterait à réagir seulement par la voie judiciaire , au coup par coup, à chaque nouvelle provocation prévisible du néo-nazi ?

Les plaintes contre des vidéos antisémites et racistes publiées par Dieudonné ont mis des semaines, voire des mois à aboutir à leur suppression sur You Tube. Dans l’intervalle, elles avaient été visionnées des centaines de milliers de fois. Il en sera de même pour ce texte si une plainte est déposée. Dans l’intervalle, les droits et les libertés individuelles des enfants nommément visés dans ce texte sont-ils respectés ? Doit-on imposer à la famille d’un enfant assassiné et violé qu’un tel discours public soit disponible ?

Ceux qui répètent depuis des années que sanctionner Dieudonné serait lui faire de la « publicité » sont-ils prêts à défendre le maintien de ce texte, à expliquer aux familles concernées qu’il vaut mieux ne rien faire et ne rien dire ?

Mais si la réponse est négative, alors pourquoi serait-elle positive pour d’autres ? Pour la famille d’Ilan Halimi qui a du supporter une vidéo où Dieudonné parle de profaner le cadavre de leur fils tué ? Pour l’ensemble des survivantEs du génocide commis par les nazis qui doivent supporter depuis des années qu’on les traite de menteurs et de faussaires, qu’un néo-nazi nie l’atrocité de ce que leur ont fait les nazis ?

En 2009, dans une vidéo postée après son invitation au Zénith faite au négationniste Robert Faurisson, Dieudonné disait « C’est nucléaire ce qui vient de se passer. J’ai fait mieux que Fourniret, Dutroux, tous les pédophiles. Pourquoi tu vas te faire chier à violer un enfant. T’invite Robert chez toi, t’es pénard »…

Evidemment, ceux qui ont défendu sa « liberté d’expression » à ce moment là, n’imaginaient sans doute pas que Dieudonné irait aussi convoquer des tueurs en série ordinaires à sa table pour faire l’apologie de la persécution et du meurtre d’enfants , qui ne soient pas ceux spécifiquement assassinés par les nazis dans le cadre d’un génocide.

Pourtant dès lors qu’on ne nie pas l’évidence à savoir que Dieudonné est un néo-nazi, son propos actuel est insoutenable, mais parfaitement logique : l’élimination des personnes en situation de handicap mental ou physique a été perpétrée par le 3ème Reich. De même, les nazis ont perpétuellement franchi les limites socialement consensuelles concernant ce qui pouvait être fait à des enfants. Dès lors qu’on ne traite pas idéologiquement les personnes juives ou supposées juives différemment du reste de l’humanité, alors il n’y pas de différence de principe entre le contenu de ce texte et d’autres déclarations de Dieudonné et des siens.

D’ailleurs , encore une fois , l’ensemble de la rhétorique dieudonniste est d’inspiration nazie : eux aussi légitimaient les persécutions et les meurtres d’enfants en accusant les Juifs de meurtres rituels contre les enfants. Et depuis des années, les réseaux qui s’agitent autour de Dieudonné et Dieudonné lui-même utilisent la thèse du complot pédophile des « élites mondialisées », n’hésitant pas dans ce cadre à persécuter nommément des gens en les accusant publiquement de viol ou de meurtre , parfois sur leurs propres enfants.

Si ce texte peut-être considéré comme une forme de « suicide politique » , dans la mesure où il l’expose à la réprobation d’une partie même de son public, il est peut-être aussi le fruit d’une stratégie volontaire : Dieudonné ne peut ignorer que la présence de contenus à caractère pédophile est légalement passible de la fermeture immédiate du site dans son ensemble, ou du moins de l’impossibilité partielle d’y accéder par le biais des fournisseurs classiques d’accès à Internet.

Cette mesure qui toucherait l’ensemble d’un de ses sites et pas un seul contenu aurait un caractère « inédit ». Dans un moment où divers affrontements internes à l’extrême-droite antisémite lui posent problème, Dieudonné peut espérer qu’une telle mesure ressoude non seulement ses troupes, mais génère aussi une opposition semblable à celle qui a par exemple accompagné l’interdiction d’un seul de ses spectacles, après qu’il ait réitéré dans les précédents des appels à mettre des personnes juives dans les chambres à gaz.

En tout état de cause, si Dieudonné n’avait pas été soutenu au nom de la « liberté d’expression » pendant des années, si en lieu et place, l’ensemble de celles et ceux qui se sont mobilisés au nom des droits du néo-nazi avaient utilisé leur énergie à se mobiliser concrètement contre sa propagande, la situation serait sans doute bien différente. Mais c’est au mieux l’indifférence à l’antisémitisme qui a prévalu, une indifférence bien souvent teintée de sous entendus accusatoires : si Dieudonné était ce qu’il était, c’était un peu la faute de ses victimes qui avaient sur-réagi à ses propos et l’avaient « rendu fou ».

Les mêmes aujourd’hui pensent-ils que des enfants en situation de handicap ou assassinés ont fait quelque chose qui ait fait peser une insoutenable pression sur le néo-nazi ?

NB : Chacun peut aller consulter sur Quenel Plus la prose intégrale dont il est question ici, et dont nous n’avons cité que quelques extraits, et pas les plus insoutenables. Nous avons gardé copie de ce texte au cas où il serait supprimé, mais ne souhaitons pas mettre de lien y renvoyant. Par ailleurs nous sommes bien conscients qu’une des victimes est aussi un fasciste tout aussi répugnant que Dieudonné. Nous lui laissons la responsabilité des méthodes dont il éprouve aujourd’hui l’ignominie après les avoir utilisées.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0