mondialisme.org
Accueil du site > Echanges et mouvements > Amériques > Venezuela, révolution ou spectacle ?

Venezuela, révolution ou spectacle ?

dimanche 21 août 2011

Cette critique du livre de Rafael Uzcategui est parue dans Echanges n° 136 (printemps 2011).

Venezuela : révolution ou spectacle ?

Une critique anarchiste du gouvernement bolivarien

Rafael Uzcátegui

Spartacus, cahier n° B181 (février 2011)

Rafael Uzcátegui, rédacteur au périodique anarchiste El Libertario de Caracas, a rédigé en 2010 un réquisitoire contre Hugo Chávez, président du Venezuela depuis 1998, et contre ses partisans vénézuéliens et étrangers, dans un ouvrage intitulé Venezuela, la revolución como espectáculo. Una crítica anarquista al gobierno bolivariano. Une traduction vient de paraître aux éditions Spartacus, Venezuela : révolution ou spectacle ? Une critique anarchiste du gouvernement bolivarien, d’après une version américaine de Chaz Bufe (Sharp Press, janvier 2011). Là où l’original, et sa version en anglais, portaient pour titre « la révolution comme spectacle », le français s’est métamorphosé en question « révolution ou spectacle ? » sans que l’on sache, malgré une note préliminaire du traducteur, pourquoi cette traduction française n’a pas été faite d’après l’original espagnol, ni les raisons de ce changement de titre.

Rafael Uzcátegui critique dans son ouvrage les gauchistes, écologistes et altermondialistes qui font allégeance à Chávez, souvent par ignorance. Alors qu’il suffit de ne pas regarder ce que Chávez dit mais de regarder ce qu’il fait, selon l’ambassadeur des Etats-Unis au Venezuela entre 1998 et 2003, John Maisto, les intellectuels, eux, ont choisi de regarder ce qu’il dit (p. 172).

L’aveuglement des gauchistes de tous bords, du Chiapas du sous-commandant Marcos, à la Bolivie d’Evo Morales et au Brésil de Lula, nous en ont apporté confirmation sans qu’il y ait à s’en réjouir ; les questions posées par les luttes contre la société capitaliste sur le continent américain, aussi bien au Nord qu’au Sud, ne pouvant être effacées d’un simple coup de gomme sous prétexte qu’elles dépassent les conflits de classes traditionnels, en Europe, parce qu’elles impliquent plusieurs couches de la population et, parfois, plusieurs races ou ethnies.

En trois parties : « La vie quotidienne au Venezuela bolivarien », « L’excrément du diable » et « La politique bolivarienne », Venezuela : révolution ou spectacle ? apporte des éléments concrets, soutenus par de rigoureuses références, respectivement sur le quotidien des Vénézuéliens, en particulier des couches les plus pauvres, sur l’usage de la rente pétrolière par l’Etat et la pénétration des conglomérats pétroliers mondiaux au Venezuela malgré la rhétorique chaviste, enfin sur une analyse de cette rhétorique qui ne veut, ni ne peut, s’opposer à la mondialisation de l’économie.

Le diagnostic est convaincant : « Pris de vertige devant des situations nouvelles, nombreux sont ceux qui ont préféré s’accrocher aux bouées illusoires de vieilles croyances discréditées » (Conclusion, p. 251). Mais on sait que les meilleurs médecins ne sont pas toujours ceux qui se soignent le mieux ; selon Rafael Uzcátegui, le marxisme (qui va des maoïstes aux situationnistes en passant par les trotskystes et les communistes) fait partie de ces illusions ; l’anarchisme, non. Opinion fabuleuse pour un ouvrage historique.

J.-P. V.

- Les hispanophones qui s’intéressent à la question du socialisme du XXIe siècle et au rôle de Chávez au Venezuela pourront compléter la lecture de l’ouvrage de Rafael Uzcátegui par celle de l’entretien que Nelson Méndez, professeur à l’université centrale du Venezuela, et rédacteur au journal El Libertario (à l’instar d’Uzcátegui), a accordé à CNT, l’organe de la Confédération nationale du travail espagnole dans le n° 376 (mars 2011, millésimé par erreur 2010). L’intervention de Nelson Méndez lors des Journées du CeNTenario X Congreso, intitulée « Movimientos sociales en el arduo camino de la autonomía » (Mouvements sociaux sur le chemin ardu de l’autonomie) se trouve sur le site www.nodo50.org/ellibertario (en espagnol).
- Rappelons l’article rédigé par un membre de notre collectif publié dans le n° 123 d’Echanges (hiver 2007-2008), « La chanson de Chávez, paroles latinas sur musique nord-américaine ».
- Dans A contretemps n° 40 (mai 2011), une recension du livre de Rafael Uzcátegui.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0