mondialisme.org

Jeanine Boubal

mercredi 3 février 2010

Jeanine Boubal est morte en novembre 2009 dans le Larzac à l’âge de 89 ans. Bien peu se souviennent de cette femme, humaine même si elle paraissait parfois persifleuse, qui critiquait sans concessions, éternelle voyageuse à la recherche de causes perdues et qu’on aimait malgré elle.

Dans le milieu dont Echanges est issu, il y a plus d’un demi-siècle – c’était la période agitée de la fin de la guerre d’Algérie –, elle est passée comme un météore, sautant de la solidarité ouvrière à une évasion vers des solidarités envers tout ce qui lui paraissait opprimé.

Jeanine participa activement à Informations Liaison Ouvrières puis à Informations Correspondance Ouvrières, groupes qui se succédèrent après la scission du groupe Socialisme ou Barbarie en 1958 et dont Echanges est originaire ; elle s’en éloigna pour partir comme coopérante en Algérie lors de l’Indépendance en 1962 et suivit dès lors d’autres voies. Il faut dire qu’elle avait dans son bagage personnel de quoi être armée contre les avanies du système : famille bourgeoise, stricte éducation religieuse. Maisil n’y avait pas que cela pour forger ce caractère de Don Quichotte se battant contre toutes les injustices passant à sa portée. Avec une impatience qui lui valut une collection de mésaventures qui ne parvinrent jamais à la décourager.

On la connut ainsi, entre autres, expulsée du Parti communiste, métallo chez Lavalette à Saint-Ouen, coopérante en Algérie forcée de fuir incognito, mitraillée en Palestine, emprisonnée en Inde, bergère dans le Larzac contre les militaires, vachère dans les Pyrénées à la poursuite des Cathares… Difficile de suivre toutes ces péripéties d’une vie qui vient de se terminer dans ce Larzac où, militante de la première heure, elle s’était finalement fixée entourée des acteurs de cette révolte paysanne.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0