mondialisme.org
Accueil du site > Echanges et mouvements > ***Dans le monde, une classe en lutte > Dans le monde, une classe en lutte Octobre 1994

Dans le monde, une classe en lutte Octobre 1994

samedi 12 janvier 2008

ALLEMAGNE * Agitation préélectorale ou contre-feu de troubles sociaux à venir .Le syndicat I G Metall pose une revendication de 6% pour 1995 ( 2,5% pour l’inflation et 3,5% pour la productivité) pour près de 4 millions de métallos dont les revenus ont baissé pendant trois années consécutives. Le patronat propose une renégociation des 35h qui doivent entrer en vigueur le 1/10/95 (accord après une grève de 7 semaines en 1984), de réduire les horaires avec réduction de salaires , la flexibilité et de rogner les avantages sociaux ; il n’est pas très inquiet : la même revendication de 6% ce dernier printemps s’était terminée par l’acceptation du gel des salaires et le président de la confédération DGB (dont IG Metall est membre ) a proposé d’accepter ces restrictions contre la garantie d’emploi.

AFRIQUE DU SUD *4/6/94 - fin d’une mutinerie de 2 jours de plusieurs milliers de prisonniers. D’abord 500 prisonniers ont pris le contrôle d’une prison à Johannesbourg ; la révolte s’est étendue à 6 autres prisons.115.000 droit commun demandent à être classés prisonniers politiques pour bnéficier d’une amnistie .

*6/10/94 - Bataille rangée entre flics privés en grève pour une rallonge et flics publics qui, lapidés dans le centre de Johannesbourg, ouvrent le feu : 14 blessés.

*14/10/94 - Désertions et insubordinations en masse parmi les 27.000 ex guérilleros de l’ANC en cours d’intégration dans l’armée régulière.Pas de problèmes pour les officiers mais la révolte gronde dans la troupe contre la disipline imposée notamment par des officiers blancs : attaque de la voiture d’un général ,500 manifestent devant le ministère à Prétoria .D’autres problèmes en vue avec l’intégration des "forces de défense des homelands " et d’une "force de paix" ayant assuré la "paix sociale" lors des dernières élections ; au bout du chemin, la réduction des effectifs de 130.000 à 90.000 dans 4ans.

ARGENTINE *10/94 - mutinerie dans une prison près de Buenos Aires : au moins 4 morts.

AUSTRALIE * 12/8/94 - 700 ouvriers de la plus grande fonderie d’aluminium du pays sont en grève illimitée pour une rallonge de 8% obligeant l’usine à réduire d’un tiers sa production.

* 8/9/94 - Grève nationale illimitée des dockers contre un plan de restructuration de l’entreprise nationale de gestion des ports "National Line " .Après 6 jours de grève le gouvernement retire son plan de privatisation.

BANGLADESH *Grèves et manifestations se succèdent mais il est difficile de dire la part de l’exploitation politique d’une crise sociale aiguë notamment par les fondamentalistes musulmans. Le 18/7 , devant une grève nationale d’une journée , le gouvernement a abandonné les poursuites contre 10 leaders syndicaux alors que 5 activistes syndicaux ont été condamnés à la prison à vie pour "activité terroriste " : avoir organisé des manifestations contre les privatisations et les impératifs du FMI.

BRESIL *12/9/94 - grève dans l’automobile : la moitié des 150.000 métallos (notamment Autolatina ,alliance de Volkswagen et Ford ) luttent pour leurs salaires .Le ministère du Travail a mis son veto à un accord conclu entre le syndicat C U T (Centrale Unique des Travailleurs ) lié au Parti du Travail ( social démocrate ) et l’ association patronale qui accordait 12% d’augmentation représentant seulement l’inflation des derniers mois.

CANADA *7/9/94 - Débrayage dans l’industrie du bois - pâte à papier contre une offre patronale de 6% sur 3 ans alors que le syndicat I.W.A. revendique 18% sur 3 ans. Principe de la grève voté.

CHINE * février 94 -Le quotidien "China Daily" reconnaît que la Chine a connu 250.000 grèves et autres conflits du travail depuis 1988 causés par les bas salaires , le temps de travail et le manque total de sécurité ( 11.000 de ces conflits pour la seule zone de Schenzhen ; un exemple , dans une usine 27 ouvriers ont perdu leurs doigts dans des machines sans sécurités ).D’après un journal de Hong Kong 800 syndicats clandestins existeraient dans la province de Canton qui , comme aux temps héroïques en Europe , fonctionnent comme des sociétés secrètes informelles très redoutées des patrons et du gouvernement . * 6/94 - Les accidents du travail auraient causé officiellement 60.000 morts en 1993 rien que dans l’industrie (bonne part dans la zone franche de Shenzhen).

CUBA *5/8/94 - émeutes dans le faubourg ouvrier de La Regla (La Havane), suite à des affrontements police-candidats à l’exil : plus de 30 morts lors de la répression du pillage de plusieurs quartiers de la ville. ESPAGNE * 8/10/94 - Un accord syndicats -direction de la SEAT (Volkswagen prévoit sur 3 ans : 2,9 % en 94 , l’inflation en 95 et l’inflation plus I% en 96. FRANCE *en 93, 9% de jours de grève de plus qu’en 92 impliquant 22% de travailleurs en plus:51% pour l’emploi et 25% pour les salaires.

* 5/7/94 - une action parmi beaucoup d’autres en France des travailleurs de l’équipement de Bordeaux contre réductions d’effectifs ( 57 postes supprimés) et pour les rémunérations .

* 6/7/94 - Le conflit des dockers de Bayonne(qui dure depuis deux ans) s’aggrave .A la grève de la faim qui se poursuit(elle finira le 12/7/94) , s’ajoutent des coups de feu contre la patron d’une entreprise de manutention et des coups de couteaux contre un jaune . Des grèves de solidarité dans différents ports sont diversement suivies. Un règlement interviendra au cours de l’été .

*11/7 94 - le nombre de voyageurs brûlant le dur oscille entre 13 et 18% en Ile de France . Intolérable dit la SNCF qui estime perdre 10% de ses recettes et envisage de recruter 550 flics et de renforcer les barrières.

* 14/7/94 - St Etienne du Rouvray(banlieue de Rouen):grève de solidarité avec une receveuse menacée de sanctions pour ses trop grandes initiatives.

* 14/7/94 - Grève au centre de distribution des annuaires téléphoniques depuis le 24/5/94 : contre une révision des classifications d’emplois.

*21/7/94 - Une centaine d’infirmiers psychiatriques de la région de Bordeaux occupent un péage d’autoroute : dans le cadre d’un mouvement national pour que des solutions soient trouvées aux restructurations imposées par la cure d’austérité de la réduction des crédits affectés aux hôpitaux psychiatriques.

*3/8/94 - les luttes des travailleurs de Tatras ( Cellulose du Pin dans les Landes) ont abouti à la reprise de l’usine par un groupe canadien pour I F symbolique mais avec le maintien de 300 emplois et 64 préretraites .Le trust propriétaire St Gobain vient de se débarrasser du reste de ses usines du Sud Ouest oeuvrant dans le papier rachetées par un groupe irlandais.

*24/8/94 - Bataille rangée sur un quai de la gare de Lyon à Paris flics-activistes venus s’opposer à l’embarquement pour expulsion de deux nord - africains . *1/9/94 - affrontements dans le port de Marseille entre dockers ( toujours la question de mensualisation des intermittents)( en août ils avaient vidé dans le port un train de bauxite) qui vont se poursuivre en septembre ; une cinquantaine de dockers envahissent le siège des entreprises portuaires suite à des tentatives d’embaucher des ouvriers non portuaires, cassent la gueule à plusieurs sbires patronaux et surtout à un député RPR. 6 dockers sont arrêtés le 7/9 et devant l’extension de la grève , relâchés ( attention à la télé : ce sont les images télé qui ont permis aux flics de reconnaître les visages). Reprise des négociations le 10/9 pour l’embauche des 250 intermittents) * depuis le 6/9/94 , les employés de la Caisse Nationale de Prévoyance ( CNP) (2.000 salariés dont 1.200 fonctionnaires) menacée de privatisation se battent pour conserver leur statut qui comporte la garantie d’emploi : manifestations , grèves , occupations ,etc. ont fait reculer le gouvernement (tout comme il avait précédemment reculé sur la transformation de France Telecom en société anonyme) au moins jusqu’après les élections présidentielles. *8/9/94 - Le tribunal de Nanterre donne un sursis de 6 mois aux usines Chausson de Creil et de Gennevilliers. 9/9/94 -Mac Donald (suite) : licenciement collectif au Mac Do de Nantes pour création d’un syndicat. 4 des 19 Mac Do de Lyon ,(tous déjà sur la sellette pour infractions à la législation du travail) attaqués pour manque d’hygiène . * du 12 au 24 /9/94 ,126 des 153 travailleurs l’usine Varta (piles , filiale d’un groupe allemand)ont font grève(avec piquets bloquant les portes de l’usine) contre une proposition patronale de réduire les salaires de 15 à 28% et , de guerre lasse, ont accepté - à 55%- de travailler 38h30 payées 35 (maintien des salaires actuels) .Le syndicat n’avait donné aucune consigne de vote. En 83 , pour sauver 60 emplois , ils avaient accepté la réduction des horaires de 38 à 35h avec réduction des salaires ( jusqu’à près de 40% pour certains).Une bonne opération globale pour la direction avec le chantege aux licenciements . *Le TRILD (Temps Réduit Indemnisé Longue Durée) nouveau gadget gouvernemental permet à une entreprise de mettre les salariés en disponibilité jusqu’à 18 mois avec une indemnisation de 50% du salaire brut ( minimum de 29 F l’heure) , financé par l’Etat et l’UNEDIC. Pas nouveau :Fiat en Italie avait inventé,il y a des années, un système identique avec la "Casa Integrazione " *19/9/94 - Air France (suite) : un compromis met fin au conflit entre pilotes et la direction .Les syndicats (SNPL, SPAC,SNOMAC) ont accepté que les pilotes fassent des heures de travail non rémunérés au lieu d’une réduction de 9% de la prime de vol (propositions de la direction). * 21/9/94 -grève des conducteurs SNCF de Paris Nord contre un changement des roulements d’équipes lors de la mise en service de l’horaire d’hiver ; même conflit dans la banlieue ouest de Paris le 30/9.De multiples conflits locaux vont se dérouler au même moment dans ce qui semble une offensive généralisée détaillée aux échelons regionaux, dans les gares parisiennes (26/9 et 20/10). Le 23/9 débute une grève de plusieurs jours à Rennes(350 agents de conduite) qui perturbe la circulation des trains dans toute la Bretagne contre une réorganisation des services imposant à des conducteurs une déqualification. Tout cela fait suite à d’autres mouvements avant l’été par exemple contre des restructurations à Bordeaux le 1/6/94 *27/9/94 - fin de huit jours de grève des journalistes de la chaîne publique de télé ( France 3 ) qui demandent l’harmonisation de leurs salaires avec ceux de l’autre chaîne publique France 2 .Le même type de conflit se dévelope plus tard sur l’ensemble des chaînes publiques de la radio où les journalistes sont encore en grève depuis plus d’une semaine le 22/10/94.Un fonds de solidarité permet d’indemniser en partie les pertes de salaires. *28/9/94 - Le rachat de Périer par Nestlé a signifié pour les travailleurs de Vergèze ( Gard) le passage de l’enveloppement paternaliste local aux impératifs brutaux du profit multinational .Grèves et actions dures se succèdent pour écarter plus de 600 licenciements envisagés d’ici 1995 .

*29/9/94 - Un vote de 237 contre et 87 pour sur les 400 travailleurs d’Ozona (textile -Seine Maritime ) a rejeté un accord direction -CFDT impliquant une réduction des salaires pour que 23 seulement soient licenciés au lieu des 95 envisagés. Ras le bol de travailleurs déjà échaudés : en juin 93 ils avaient accepté l’annulation de licenciements contre la suppression du 13émé mois et de primes diverses .Pas de raison pour que ça cesse . *30/9/94 - Nord : une voiture fonce dans une manifestation de frontaliers contre une double imposition de leurs salaires et tue un militant CGT.

*30/9/94 - 100 sur 200 employés de Marks & Spencer (grand magasin) de Paris débraient pour assister à une assemblée improvisée par les délégués syndicaux contre les conditions de travail, notamment un projet de remaniement des horaires qui rendrait obligatoire le travail hors norme jusqu’alors volontaire.

* 1/10/94- La quiétude des nantis de l’hôtel de luxe Georges V à Paris perturbée par 70 grévistes ( sur 340 employés) qui chahutent devant l’entrée : ils refusent d’accepter un changement de rémunération figurant dans un accord signé par les seuls syndicats FO et CGC . Des mouvements similaires dans plusieurs grands hôtels qui licencient ceux qui refusent le nouveau contrat. *6/10/94 - Sharp Manufacturing France (Soulz -Alsace) filiale du trust international de l’électronique (70.000 salariés) : sur 400 travailleurs , 100 intérimaires en permanence avec des méthodes "à la japonaise " (flexibilité totale interdisant toute organisation de la vie hors travail) ce qu’un inspecteur de la SS définit "On se croirait dans une usine textile d’il y a trente ans ". 130 travailleurs font grève une journée et la direction consent à signer un accord avec les syndicats dans lequel elle s’engage à appliquer le Code du Travail , à aviser des heures sup 48 h à l’avance et à respecter les règlement d’hygième et de sécurité et accorde des congés payés supplémentaires pour 95. 75 travailleurs avaient obtenu en juillet dernier aux Prud’hommes un rattrapage de 5.500 F et une prime de 500 F

* 7/10/94 - A l’instigation de la CGT quelques centaines de militants occupent la Bourse pour protester contre la privatisation partielle de Renault .Manipulation politico-médiatique qui coïncide avec un appel à des dégrayages peu suivis.Comme la plupart des transactions sont faites par téléphone et traitées électroniquement, une telle action qui devient habituelle (militants de Chausson , paysans ,etc...) reste purement symbolique . * 8/10/94 - IBM France : un premier plan social ayant été annulé par le tribunal , la direction revient à la charge pour atteindre la "flexibilité des salaires " et charche des volontaires pour parvenir à 1.700 départs volontaires en 94 .

* octobre - Différentes enquêtes et forums sur les accidents du travail ont souligné la diminution des accidents ( le chômage y est pour quelque chose tout comme la peur de perdre son boulot) mais font le silence sur les maladies professionnelles .Il y a actuellement une véritable explosion de troubles musculo-squelettiques causés par les gestes répétitifs ( Taylor pas mort ) qui , en 1990 constituent - au bas mot - 30% des maladies professionnelles déclarées. Les opérations du canal carpien de la main sont plus fréquentes aujourd’hui que celles de l’appendicite.En prime ensuite , les cancers dus à l’amiante. Les travailleurs précaires ont un taux d’accident 2 fois plus élevé que celui des permanents et ils sont deux fois plus graves . * 7/10/94 -grève à la banque Worms ( filiale de l’assurance UAP ) contre un plan social qui veut supprimer 316 postes .

*8/10/94 - fin d’une grève de 4 jours des facteurs du 5ème arrondissement de Paris qui obtiennent, sous menace d’extension du conflit l’embauche progressive de 7 employés supplémentaires contre I0 postes supprimés en juin .

* 11/10/94 - grève de 80 postiers de Melun (banlieue sud est de Paris ) contre le transfert du centre et la modification des horaires

* 11/10/94 - pas d’épilogue pour la grève des routiers de juillet 93. Certains syndicats et le patronat étaient sur le point de "légaliser " contractuellement l’illégalité en tombant d’acocrd sur 60h hebdomadaires au 1/10/95 et 56h au...1/1/97 ." Au nom du réalisme "déclaraient CFDT et FO prêts à signer l’accord. Mais même cela , c’était encore trop et les routiers continueront à faire , en toute illégalité , une moyenne de 70 heures par semaine. Comme le disait un haut fonctionnaire de ministère du Travail :" Il sera difficile voire impossible d’en contrôler l’application . C’est un pari sur la bonne volonté du patronat".Tu parles comme disait l’autre .

*11/10/94 -Le capitalisme populaire : un mythe : en 1992 les entreprises , l’Etat , la finance française et étrangère possèdent 81% des sociétés françaises . La part des "ménages " n’est passée , malgré tout le bluff médiatique , de 1977 à 1992 que de 17% à 19% - et encore on y inclut les entreprises familiales. *10/94 - Entre 82 et 90 le nombre des emplois non qualifiés a augmenté de près de 6% : en 1994 , un emploi sur 5 ; ils touchent plus le commerce et les services, plus les femmes que les hommes, plus souvent des emplois précaires que stables, plus les émigrés(40%) et plus les jeunes (25%).

*11/10/94 - Air France (suite ) : débrayage à Roissy du personnel d’escale , du fret et de la maintenance sur une réorganisation des horaires de travail .

* 12/10/94 - grève sauvage d’une journée dans les bus de la banlieue Nord Est de Paris après un débrayage spontané suite à un incident violent avec un passager.D’autres grèves peuvent suivre (préavis syndical déposé )

*13/10/94 - Suite aux manifestations des marins pêcheurs de févriers 94 , 22 pêcheurs ont été condamnés de 6 à 10 mois de prison avec sursis pour destruction d’entrepôts et de grandes surfaces.

GRANDE BRETAGNE

* 12/4/94 - Postes - région de Liverpool - Un postier d’une équipe de nuit excédé par le harassement en vient presque aux mains avec un petit chef : suspension pour "tentative de violence " ; toute l’équipe de nuit débraie sur l’heure en dépit d’un "appel au calme "des responsables syndicaux , suivie par l’équipe du matin .Le direction porte la grève sauvage illégale devant la Haute Cour mais une assemblée générale décide de passer outre et la grève s’étend à tous les services postaux de la région .Le tribunal impose au secrétaire du syndicat UCW de "contraindre " ses membres de cesser la grève .Ledit secrétaire est désavoué par les 2.500 postiers qui imposèrent au comité de grève leur volonté de continuer .Une manifestation à Liverpool fut rejointe par les pompiers de la région en grève à ce moment pour leurs conditions de travail et de indemnités ( pour ceux-ci ,grève légale votée à 84%). La grève des postes prend fin le 17/4 sous pression syndicale et patronale avec l’annulation de la mise à pied mais le maintien de la procédure disciplinaire. * mai 94 - Le syndicat des postes U.C.W. s’est fait désavouer par les postiers qui ont rejeté un accord passé avec Royal Mail (postes britanniques) sur le remplacement d’un système de bonus. Cet accord signifiait par exemple qu’un postier se serait trouvé dans l’obligation de faire des heures sup sur son temps de repos si les dirigeants de son centre devaient boucher des trous pour remplacer les absents maladie ou en congé le tout agrémenté d’un système complexe de paiement compensatoires . * 6/94 - Tony Blair , le nouveau jeune premier leader du Labour Party a déclaré qu’il serait mal venu de rejeter la législation corsetant les luttes et les syndicats édifiée par les conservateurs depuis 1979.

* 9/6/94 - La multinationale P&O , exploitant notamment les ferries transmanche a dû reculer quant à l’embauche de plus de 50 marins chinois payés à 2.700 F par mois . Différents mouvements à Cherbourg et à Calais avaient bloqué les ferries de cette compagnie qui prétend qu’elle n’a fait qu’embaucher des salariés ayant travaillé pendant 4 ans par une compagnie allemande Olau Line naviguant entre le Royaume Uni et la Hollande aux mêmes conditions sans que personne ne réagisse.

* 6/94 - 40 ouvriers d’un chantier naval près de Liverpool en grève depuis le 17/6 ont mis des pickets à la porte que ne traversent pas les 140 intérimaires du chantier : contre un baisse des salaires de 20£ ( 170 F ) par semaine et la suppression de primes remplacées par une prime unique de productivité. Ils réclament l’intégration des 140 intérimaires.

* juin 94 - 100% des 1.300 ouvriers de Case Tractors à Doncaster ont rejeté un marchandage sur 900 licenciements. Depuis mai , ils font la grève des heures sup en demandant , comme leurs homologues français de Vierzon récemment, les mêmes indemnités de licenciement que celles obtenues par les ouvriers allemands de l’usine Case de Neutz après 6 semaines de grève . * 6/94 - 340 ouvriers des chantiers navals de Falmouth lock-outés parce qu’ils refusent un plan de licenciement de 120 d’entre eux .

* 25/6/94 - Grève sauvage des postes sur l’embauche. Partie d’une banlieue de Londres elle s’est étendue à toute l’agglomération de Londres .Royal Mail essaie d’obtenir un jugement contre le syndicat UCW * 28/6/94 - Des enquêtes ont révélé des pratiques douteuses dans le contrôle des concentrations de poussière dans les mines tendant à faire ressortir des concentrations de moitié plus faible que le taux réel. Un taux trop élevé entraînant l’interruption du travail ce sabotage faisait modifier le jugement sur la productivité du puits , empêchant ainsi sa fermeture. Quelle qu’en soit l’origine, il est évident que la pression économique du capital peut conduire à ce que les travailleurs soient plus exposés à des atteintes touchant leur vie même . * 7/94 - British Telecom annonce qu’après avoir liquidé 90.000 emplois depuis sa privatisation il y a 4 ans, il doit encore en virer 50.000 dans les 5 années à venir sur les 150.000 restants d’aujourd’hui . * 20/8/94 - L’abolition du SMIG anglais (Wage Councils ) qui garantissait un salaire minimum à 2 millions et demi de mal payés a fait chuter les plus bas salaires notamment dans les "petits boulots " mais , contrairement aux prévisions des économistes distingués, n’a pas fait monter les offres d’emploi. 10% de la population active bénéficie encore d’une allocation complément des faibles ressources ; de 89 à 93 leur nombre est passé de 4 millions à 5,7 millions et ce complément hebdomadaire de 36 £ à 55 £ ( de 300 F à 450 F). * 38% des travailleurs anglais sont à durée déterminée , temps partiel ou en sous-traitance individuels non salariés. Un record en Europe avec la Hollande. * 13/9/94 - Plus d’une des grandes sociétés britanniques sur cinq ont connu des luttes au cours des 12 mois écoulés et plus de 15% des mêmes pensent qu’ils connaîtront des troubles sociaux dans les 12 mois à venir . * 25/9 94 - Les organisations syndicales représentant 600.000 hospitaliers sont résolument hostiles à un projet de "décentraliser " les discussions de salaires qui se sont toujous déroulées au plan national en les renvoyant au niveau local de 420 organismes distincts de gestion hospitalière : menace d’actions généralisées pour une augmentation générale de 8,3% 29/9/94 - fin de la grève des aiguilleurs travaillant pour Railtrack morceau d’une division de British Rail en vue de privatisation.Tout un ensemble de mesures y compris un reclassement et un modification des conditions de travail pour une plus grande flexibilité aboutissent à donner 8% d’augmentation pour 94 , plus ou moins ce que le gouvernement avait ordonné à Raiktrack de refuser en juin dernier . 15 semaines de lutte ont abouti à changer l’enrobage pour que les autres travailleurs ne puissent s’en prévaloir : 71% ont voté sur cet accord accepté par 2.461 contre 406. *septembre 94 : 1 million et demi salariés des collectivités publiques obtiennent de 4 à 6% de rallonge sur 19 mois ( ouvriers ) et 21 mois (employés)ce qui entraîne une égalisation des salaires des deux catégories . * La moitié des 7 millions de salariés européens hommes travaillant plus de 48h la semaine sont britanniques. * Une prison privée près de Doncaster gérée par une compagnie US avec tous les critères adéquats du profit maximum a conquis une telle réputation répressive que les prisonniers britanniques la dénomment "Doncatraz ". La firme gestionnaire Wackenhut Corporation and Serco a conquis ses titres de noblesse et son fric aux USA avec comme activité principale l’intervention musclée dans les grèves pour la protection des jaunes. Pour compléter , on peut ajouter que les boîtes privées de flics occupent 162.000 salariés en Grande Bretagne ( 45% de plus en 7 ans). Toujours sur les prisons ; une étude en mai 94 révèle que des prisons sont converties en usine. Ce n’est pas en Chine mais à Strangeways près de Manchester dont la direction a passé un contrat pour la fabrication d’objets en plastique, à meilleur coût qu’en Turquie. Les prisonniers gagnent 10£ (80F) par semaine. Comme l’écrit un journal financier : "Un climat nouveau permet d’encourager des gains plus élevés et des journées de travail plus longues et ce que prend au passage la prison permet de contribuer aux coûts de gestion de la prison". Cet esclavage moderne a des émules en France où des travaux divers sont effectués par les prisonniers pour des entreprises diverses (près de 21.000 détenus sur 50.000 en 92 pour une rémunération moyenne mensuelle brute de 1.500 F). La direction pénitentiaire de Strasbourg vante auprès des entreprises "une main d’oeuvre payée au rendement travaillant douze mois sur douze ...des charges patronales diminuées de 50% , pas d’absentéisme , pas de conflits sociaux...".La prison , le rêve patronal de l’usine. *8/10/94 - la direction du métro de Londres offrant 2,5% de rallonge 5 syndicats l’ont accepté mais le principal RMT (7.500 membres) a organisé un vote de rejet et de grève de 24 h. Le peu de succès de cette grève a fait reconsidérer la suite de la lutte .

* 9/10/94 - Les 33.000 salariés du groupe Rover ( propriétaire BMW) ont obtenu 10% de rallonge sur deux ans, 2,4% pour l’inflation , 3,7% le mois prochain , 4% ou l’inflation en novembre 95 .Toute la classification a été revue : au lieu de 5 grades pour les cols bleus et 6 pour les cols blancs il n’en restera que 3 pour tous les exploités du groupe.

* UCATT , le seul syndicat du bâtiment affilié au TUC est pratiquement en faillite , obligé de licencier son personnel et de vendre ses bureaux .

GUATEMALA *28/1/94 - grève de 24 des services publics pour 40% de rallonge. L’insurrection du Chiapas au Mexique n’est certainement pas étrangère au développement de la répression et à la recrudescence des combats entre la guérilla (GURU ) et le gouvernement ( soutenu par les USA) ; rien qu’en août ,180 assassinats dans un pays de 9 millions d’habitants - essentiellement indiens - qui luttent depuis 33 ans contre une répression marquée de toutes les exactions possibles. 63 ouvriers qui occupaient une plantation pour avoir le paiement du salaire légal ( $ 2 ; soit 12. F par jour ) ont été attaqués par des unités anti émeutes : 3 tués , 11 blessés et 19 disparus ,le leader Diego Orozco précipité du haut d’un hélicoptère.

INDE * 12/9/94 - Contre les émigrés de l’intérieur - Le gouvernement de l’état d’Uttar Pradesh dans le nord de l’Inde ( le plus peuplé ) veut briser le système des castes ( pas par humanisme mais pour une mobilité de la main d’oeuvre et faire ainsi pression sur les salaires ) en réservant 50% des emplois publics et de l’enseignement aux "basses" castes qui en étaient exclues jusqu’alors . 74% de la population ressort des castes "supérieures " et soutient toute une série de manifestations , une grève générale où 10 manifestants trouvent la mort ; le 31/8 une manifestation similaire à New Delhi a avait fait plus de 100 blessés .Aux Indes , la crise sociale est ainsi fréquemment déviée sur des affrontements de castes ou religieux . *14/10/94 - des centaines de banlieusards en colère à cause des retards incessants incendient trois trains dans la banlieue de Bombay : ils sont cueillis par un tir nourri de la police : officiellement 9 blessés ; des attaques semblables sont citées dans 11 autres gares de la banlieue e Bombay .

IRAN *20/6/94 - Un attentat à Mashhad ( Nord Est de l’Iran ) aurait fait 25 morts et 70 blessés : cette ville avait connu de violentes émeutes en mai 92 avec son cortège de morts, d’arrestations et de destructions dans des protestations contre les hausses de prix et les conditions de vie , émeutes qui s’étaient étendues dans d’autres villes dont Chiraz et Tabriz *22/8/94 - Des centaines d’arrestations et un nombre indéterminé de tués et de blessés dans deux journées d’émeutes à Tabriz, 3ème ville du pays. Les manifestants attaquent les bâtiments officiels (stations de radio et TV , banques) , mettent le feu aux bus. Les émeutes ont commencé après un match de foot lorsque la milice gouvernementale de volontaires s’en est pris à des jeunes filles mêlées à des garçons et qui avaient enfreint l’interdiction récente des matchs aux femmes.Les spectateurs sont descendus dans la ville , rejoints par des milliers criant des slogans hostiles au régime. Emeutes similaires I0 jours avant dans la ville industrielle de Kazvin à 150 km au Nord Ouest de Téhéran.

ITALIE * 14/9/94 - 330.000 employés de banque font un jour de grève pour les salaires et les conditions de travail . * 15/9/94 - grève de 24 h de 140.000 travailleurs des transports locaux pour le renouvellement d’un contrat (salaires , conditions de travail ,investissements )

KENYA * mars 94 - 3.700 enseignants de 4 universités sont en grève depuis le 29/11/93 pour le droit syndical ; des manifestations sont violemment réprimées et les prétendus leaders de la grève ont été licenciés . *22/8/94 - Tous les médecins et spécialistes du secteur public sont en grève depuis le 16/6 pour reconnaissance de leur syndicat et un nouveau système de rémunération. Ils sont licenciés pour "désertion de poste " et le gouvernement , pour contrer la grève veut embaucher des médecins pakistanais et russes .

MALAWI *Fin 93 une vague de grèves "illégales"a touché tous les secteurs (5 semaines chez les fonctionnaires qui ont obtenu 20% d’augmentation, de même que les ouvriers des sucreries après de violents affrontements et la destruction de champs de canne à sucre.

NICARAGUA Le gouvernement "libéral " Violette Chamorro a signé en juin un accord avec le FMI qui démembre les secteur public (11.000 emplois à supprimer dans les prochaines années) et réduit les dépenses sociales.On s’attend à une lutte dure des travailleurs de Telcor (postes et télécommunications) dont les syndicat est un des plus combatifs.Lors des précédentes privatisations après la chute des sandinistes en 1990, les travailleurs s’étaient vu concéder après des luttes acharnées une partie de la propriété des entreprises publiques privatisées.Ils se sont ainsi trouvés à gérer des entreprises endettées acquises à crédit ou à les cogérer avec leurs anciens patrons , les cadres et les syndicats : ils se sont tous trouvés dans des situations inextricables surtout en raison d’ne situaton économique désastreuse .

MEXIQUE *13/10/94 - 25.000 indiens manifestent à San Cristobal de Las Casas , revendiquant la terre et le respect de leur culture, à l’appel du Conseil de Organisations Indigènes et Paysannes du Chiapas - bras politique de EZLN, armée zapatiste - qui vient de rompre le dialogue avec le gouvernement après l’échec des espoirs électoraux de voir balayer le quasi dictatorial Parti Révolutionnaire Institutionnel ( PRI ) . L’armée continue de se déployer autour des zones tenues par la guérilla qui a dû en miner les accès et mettre en place des armes anti aériennes.

NIGERIA La grève revendicative et politique déclenchée le 4/4/94 soutenue par l’opposition au régime militaire représentée par le milliardaire président "démocratiquement "élu Abiola mis à l’ombre par lesdits militaires , s’est terminée par une défaite totale le 4/9. Les chefs des syndicats du pétrole ,les plus puissants et les plus actifs - NUPENG ( ouvriers ) et Pengassan (cadres) - sont où en prison ou contraints à la clandestinité et ont dû stopper la grève qui , de toute façon s’écroulait sous les coups de boutoir de la répression et de la misère. Cette grève ne s’était pas étendue aux autres secteurs , la centrale syndicale NLC restant sur une prudente réserve. Les militaires avaient rappelé les cadres à la retraite et embauché des ouvriers étrangers ce qui avait permis d’éviter l’arrêt total de la production et du raffinage. Les cours mondiaux du pétrole ont de nouveau baissé après la fin du conflit ; les trusts mondiaux retirent leurs investissements d’un pays jugé "peu sûr". Les militaires se sont attribués les pouvoirs les plus étendus , éliminant toute opposition non seulement civile mais aussi dans leur caste. Fin septembre , ils ont mis en place un conseil provisoire de gouvernement de 25 membres tous militaires disposant de tous les pouvoirs : tout ce qui sera jugé " atteinte à l’autorité du gouvernement " pourra entraîner sans procès une détention de 8 mois , trois quotidiens indépendants sont interdits . La crise socio-politique , la hausse brutale des prix intérieurs du pétrole ont entraîné une inflation de 100%. En dépit des ressources pétrolières , le revenu moyen par tête est de 210 £ par an (1.700 F ). Malgré tout cet arsenal répressif et l’échec de la grève, des manifestations d’ouvriers et d’étudiants se sont déroulées à Lagos en octobre.

NOUVELLE CALEDONIE *9/94 - Le port de Nouméa est bloqué : les dockers demandent la mutation du délégué permanent du port et du contrôleur d’embauche. NOUVELLE GUINEE *25/7/94 - Port Moresby : les marins de la marine nationale ( six navires) se sont mis en grève pour obtenir des logements et de l’argent pour l’entretien des bateaux .

POLYNESIE *Grève du 8 au 13/9 terminée par un accord entre une intersyndicale et le gouvernement territorial sur les modalités d’un nouvel impôt de solidarité qui initialement ne devait toucher que les salariés et qui sera étendu à l’ensemble des contribuables . RUSSIE *19/9/94 - Une restructuration draconienne de l’industrie minière passée sous le contrôle d’un trust d’Etat Rosugol -800.000 travailleurs - largement déficitaire est poussée par la Banque Mondiale comme condition de l’obtention de prêts. Sur 273 puits en activité 9 doivent être fermés immédiatement , avant-garde d’une vague qui ne laissera que 120 puits en activité avec environ 300.000 mineurs et en prime ,des évaluation de rentabilité pour chaque puits, la suppression de tous les avantages sociaux d’entreprise, d’avantages divers et de la retraite à 45 ans. Le leader du syndicat indépendant des mineurs avertit d’une explosion sociale de ceux qui , par leurs grèves dans les années 80 avaient contribué à l’avènement de Yeltsin et qui sont restés bien organisés à la base et très militants . *Joliment dit par un politicien économiste que le programme de privatisation implique pour les entreprises "de se débarrasser de leurs activités sociales".

SALVADOR *août 94 - 300 anciens militaires (31.500 ont été démobilisés depuis 2 ans 1/2 ) mis au chômage après 12 ans de guerre civile ont occupé l’Assemblée Nationale et retiennent 27 députés en otage pour que leur soit enfin accordé les indemnités et les terres promises dans l’accord de paix gouvernement - guérilla de janvier 92.

TCHEQUE (REPUBLIQUE ) * 19/9/94 - Menace de grève aux usines Skoda où le repreneur Volkswagen veut mettre à pied 800 ouvriers pour réduire les coûts de production .

U.S A . ( le début de cette rubrique -avril- mai 94 -tiré de Collective Action Notes complète celle du n° 4 , un mois ayant été sauté dans la transcription )

*24/4/94- 14.000 ouvriers agricoles et leurs supporters manifestent à Sacramento , capitale de la Californie pour de meilleures conditions de travail et la réforme de la législation sur les immigrés .

*29/4/94 - Les travailleurs de la plus grande imprimerie du Colorado A.B. Hirschfield se mettent en grève et sont immédiatement remplacés , ce qui signifie aux USA que les jaunes deviennent les salariés permanents en titre et que les grévistes perdent leur emploi .

*30 /4/94 - 10.000 étudiants manifestent à Jackson contre la fermeture de l’Université du Mississippi qui , en raison de réduction de crédits et sous le prétexte de combattre la ségrégation aboutit à fermer la seule université noire .

* Avril - L’homicide est maintenant la troisième cause de mort aux USA sur le lieu de travail selon un rapport officiel ,c e que confirme le ministère de la justice . Un sixième de tous les crimes se déroulent pendant le travail .Le nombre de patrons tués par des travailleurs en colère - en moyenne 34 par mois - a doublé au cours de 10 dernières années .Un sociologue éminent de la violence professionnelle en blâme le déclin des relations de voisinage , l’éclatement des communautés et la mobilité accrue dans le travail, mais , comme on aurait pu le penser , ne mentionne pas du tout l’accélération du rythme de travail et les restructurations.

*7/5/94 - 1.000 infirmières manifestent devant le Swedish Medical Center à Seattle pour protester contre le refus de la direction de négocier un nouveau contrat et la tentative de réduire les emplois à plein temps et divers avantages .

* 10/5/94 - La police ayant attaqué des femmes en lutte à l’usine Sony de Mexico le 16/4 , des centaines de travailleurs manifestent devant le siège de la firme à New York. * 11/5/94 -50 ouvriers de DMT Trucking Company de Baltimore en grève pendant trois jours au sujet de cotisations retraite sont contraints de reprendre le travail lorsque leur patron obtient une injonction du tribunal ordonnant la reprise .

*7/5/94 - I0.000 ouvriers se rassemblent à Peoria , Illinois à l’appel du syndicat U A W en soutien des luttes à l’usine Caterpillar .1.300 ouvriers de Caterpillar en grève trois jours à York (Pennsylvanie ) sont suivis le 16/5 par 3.500 de l’usine de Peoria. Les débrayages font suite au harassement continuel des plus militants , notamment la mise à pied de 36 ouvriers de Peoria pour avoir , dans l’usine ,chanté des slogans et attaché des ballons avec des messages aux machines

*21/5/94 - 3.500 ouvriers d’entretien de Conrail , compagnie ferroviaire, ont repris le travail après une grève surprise de 24 h qui a désorganisé le trafic dans les états du Nord est et du Middelwest. La grève était lancée par la Fraternité des employés d’entretien pour protester contre l’insécurité dans le travail. Près de 30.000 wagons de marchandise étaient bloqués après une journée de la grève qui a pris fin lorsque les patrons ont obtenu un jugement ordonnant la reprise .

*19/10/94 - 55% des actions de American Airlines (AA ) au bord de la faillite ont été rachetées par ses salariés moyennant une réduction des salaires de 4% et autres "concessions" .Les "accompagnateurs de vol " ( hôtesses ,e tc..) doivent être partie prenante dans le marchandage .Mais il y a un os : 1.354 d’entre eux travaillent dans des "bases étrangères " (777 à Londres , 338 à Paris et 239 à Taipeh) .Comme ce travail comporte une closed shop (obligation d’adhésion à un syndicat ) au profit d’un syndicat US :Association of Flights Attendants, les 16.873 accompagnateurs , y compris ceux des bases étrangères sont syndiqués à ce syndicat et leurs cotisations sont prélevées sur les feuilles de paie. Le syndicat demande le licenciement de ses 1.354 membres "étrangers " parce que ceux-ci travaillent sur les lignes internationales et sont mieux payé que la majorité de leur camarades syndiqués US travaillant sur les lignes intérieures : il fait de ce licenciement la condition de son agrément au rachat de la firme par ses adhérents .La direction de AA - autogéré - a licencié le dirigeant pur et dur -Stephen Wolf ( d’ailleurs immédiatement réembauché à Air France ) pour le remplacer par le candidat des syndicats, ce qui a eu pour effet de modifier la position directoriale précédemment hostile aux licenciements sus-mentionnés qui maintenant serait disposé à fermer les "bases étrangères ".Pourtant il y a un autre os : le personnel des bases étrangères est souvent de la nationalité du pays considéré et bien plus compétent pour exercer ces fonctions que leurs camarades syndiqués américains . Situation cornélienne : sans licenciement , pas d’autogestion. C’est bien la première fois qu’un syndicat fait campagne pour le licenciement de 8% de ses membres. De plus, faute de solution au problème , c’est l’ancien contrat collectif qui s’applique pour cette catégorie de travailleurs et ils viennent d’obtenir une rallonge de 4% alors que leurs collègues ont vu leurs salaires réduits de 4% ; si l’accord se fait - avec les licenciements - c’est 8% qui devront être abandonnés par les restants pour rétablir l’équilibre avec les autres déjà "autogérés.

VIETNAM Vague de grèves à Ho Chi Minh City : dans une fabrique de jouets pour des salaires impayés , dans la confection et dans une usine alimentaire pour de des primes de fin d’année .

ZIMBABWEE *28/7/94-2.000 employés de banque se battent avec la police à Harare alors qu’ils manifestent au cours d’une grève d’une semaine pour 30% de rallonge et contraignent les banques restées ouvertes à fermer.

Les informations réunies dans cette publication ont été collectées dans le monde entier .Ce numéro , comme les précédents sera déposé dans des librairies et centres à Paris et dans différentes villes de France , de Belgique et de Suisse. Nous ne pouvons les citer tous. Information sur demande ; nous cherchons d’autres points de dépôt .Une édition en anglais existe aux USA sous le titre "Collective Action Notes" diffusé dans les mêmes conditions et reprenant les mêmes informations. On recherche également des points de dépôt dans les pays de langue anglaise , notamment en Grande Bretagne

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0