Accueil > Ni patrie ni frontières > Documents utiles > Critiquer François Burgat oui, soutenir le stalinisme, trois fois non (...)

Critiquer François Burgat oui, soutenir le stalinisme, trois fois non !

samedi 1er septembre 2007, par Yves

L’article de Hakim Arabdiou (1) intitulé "Pour François Burgat, l’islamisme est une régression féconde" (que l’on peut trouver sur ce site : http://www.mondialisme.org/article.php3?id_article=982 ), contient des éléments de démystification très utiles de l’opération menée par Burgat dans toutes sortes de médias, de Radio France Internationale, à de nombreuses revues universitaires spécialisées en passant par des publications proches du PCF comme la revue "Mouvements" ou le quotidien "L’Humanité", ou des sites réactionnaires et obscurantistes comme oumma.com.

Hakim Arabdiou démontre bien comment derrière un verbiage intello, se cache (fort mal, d’ailleurs, pour qui a un esprit critique) une réhabilitation des fractions les plus réactionnaires de l’islam politique. Verbiage creux qui, ajoutons-le, s’inscrit parfaitement dans la continuité du maostalinisme et du maopopulisme des années 60 et 70. Rien de vraiment neuf sous le soleil tiersmondiste.

On remarquera à ce propos que le mensuel gaulliste de gauche qui s’intitule avec raison ’Le Monde diplomatique’ (la diplomatie étant l’art de servir les intérêts de son propre impérialisme, en l’occurrence l’impérialisme français) se livre régulièrement à ce même genre d’opération, notamment à propos de la dictature des mollahs en Iran que cette publication défend de façon malhonnête et honteuse ou du régime FLN algérien qu’elle critique de façon tellement ambiguë qu’on se demande pour qui roule vraiment le "MD".

Malheureusement l’article de Hakim Arabdiou repose sur une conception tout aussi erronée que celle de Burgat. Tout comme l’universitaire islamistophile qu’il critique avec raison, Hakim Arabdiou veut faire de la Real Politik. Or, la Real Politik consiste à choisir entre deux camps bourgeois quel est le "moins pire" pour les travailleurs, ou le moins réactionnaire. Elle consiste à s’intéresser uniquement aux Etats en place et à enchaîner le sort des travailleurs, des "démocrates", des "progressistes" à tel ou tel Etat en fonction des beaux discours de ses dirigeants.

En Algérie contre les islamistes du FIS, selon Hakim Arabdiou, il faudrait soutenir la fraction "républicaine" de cette armée "populaire" (connaît-il une seule armée au monde dont la composition sociale ne soit pas "populaire" à commencer par l’armée américaine en Irak !?) et les tendances "laïques" du FLN. En Afghanistan, contre les Américains et les talibans, il aurait fallu soutenir Najibullah ce grand "progressiste" (sic) et l’Armée rouge (resic), etc.

Cette Realpolitik, qui est celle des staliniens (et même des léninistes, voir leur soutien à Kemal Ataturk qui les condamna au silence devant l’assassinat d’une bonne partie de la direction du Parti communiste turc) depuis 90 ans aboutit à surtout ne pas se poser le problème d’un troisième camp : celui de la classe ouvrière et du socialisme.

Dans la vision de Hakim Arabdiou, il n’y a pas de place pour un projet socialiste indépendant, une vision du monde qui aille au-delà de l’accumulation primitive menée par l’impérialisme russe et les pays de l’ex-bloc stalinien, de leurs camps de travail et de concentration, de la dictature d’une bureaucratie bourgeoise sur la classe ouvrière et la paysannerie pauvre.

Cela montre à quel point les militants de gauche (et aussi d’extrême gauche) ont abandonné toute perspective de réflexion autonome par rapport aux classes dominantes (bureaucratie et bourgeoisie), et ne savent plus que se mettre à la remorque de telle ou telle fraction capitaliste-nationale, au nom du "réalisme".

De plus, cette attitude, si elle était mise en pratique par des militants algériens ou afghans, serait suicidaire. Car toute force politique révolutionnaire qui soutiendrait - même de façon pseudo "critique" - le FLN et l’armée "républicaine" en Algérie contre les islamistes, ou qui aurait soutenu les staliniens afghans contre les talibans, ou qui soutiendrait aujourd’hui l’OLP contre le Hamas, serait automatiquement éliminée par ces "républicains" et ces "laïcs" qu’idéalise Hakim Arabdiou. Ou alors elle serait achetée et corrompue par le pouvoir - ce qui reviendrait au même.

Ce n’est pas à Hakim Arabdiou que j’apprendrai que l’impérialisme français a mené ses opérations coloniales (et aujourd’hui néocoloniales) au nom de la République et de la laïcité. Et que les dictateurs des pays du Moyen-Orient de Saddam Hussein à Hafez el Assad en passant par Gamal Abdel Nasser ont eux aussi manipulé ces notions pour mieux tromper les masses. Il connaît cette histoire bien mieux que moi.
Cela ne signifie pas bien sûr que ces valeurs nous soient indifférentes, à nous révolutionnaires, bien au contraire.

Leur origine fondamentalement "bourgeoise" ne nous empêche pas d’être des adversaires résolus des régimes monarchiques, d’être partisans des droits démocratiques maximums pour tous et de la séparation des Eglises et de l’Etat, ici et maintenant, sans attendre un hypothétique ou lointain Grand Soir. Mais pas au prix de n’importe quelle alliance, ou de n’importe quel soutien "critique".

Depuis un siècle et demi nous avons appris que certaines valeurs importantes du mouvement ouvrier peuvent être récupérées par de faux amis (les nationalistes laïcs, les républicains bourgeois (2) et les staliniens), qui sont tout aussi dangereux que nos ennemis déclarés.

Quand je lis l’article de Hakim Arabdiou j’ai l’impression que pour lui le stalinisme serait, en quelque sorte, lui aussi une "régression féconde".

Pour moi, le stalinisme a été la plus grande catastrophe qui soit arrivée au mouvement ouvrier et aux peuples coloniaux, car l’attaque est venue de l’intérieur (cf. à ce propos sur ce site : Staliniens et néo-staliniens : ces mots ont-ils encore un sens ? http://www.mondialisme.org/article.php3?id_article=839 ).

Nous n’en sommes toujours pas sortis.

Et si j’en crois l’article de Hakim Arabdiou, mais aussi et surtout toute la prose altermondialiste (voir par exemple le dernier livre de Toni Negri "Goodbye Mr Socialism" qui fait l’apologie de Staline et du stalinisme) nous ne sommes pas prêts d’en sortir.

1/9/2007

Y.C.

(Ni patrie ni frontières)

1. Cet article avait déjà été publié sur le site de la Gauche Républicaine, Respublica, site qui au nom d’une juste lutte contre l’islamisme se livre régulièrement à des attaques contre les musulmans et l’islam qui frôlent sans cesse le racisme anti-Arabes. Il suffit de remplacer dans la plupart de leurs textes "républicains" et "laïques" le mot "musulmans" par "Arabes" pour voir comment travaille l’inconscient de ces gens-là. Et quand j’écris l’inconscient je me montre généreux. Il est dommage que Hakim Arabdiou ne s’en rende pas compte et collabore régulièrement à ce site extrêmement douteux. Voir à ce propos la critique des articles publiés par Respublica à propos de l’affaire de Champs sur Marne et le front unique UMP-trotskystes-Républicains de gauche réalisé à cette occasion. Sur ce site : http://www.mondialisme.org/article.php3?id_article=844

2. On retrouve la même cécité politique chez les dirigeants des Partis communistes-ouvriers d’Irak et d’Iran qui adressèrent une lettre de félicitations au gouvernement Raffarin lors de l’adoption de la loi contre les "signes religieux ostensibles", qui firent un meeting en commun avec Corinne Lepage contre le hijab et participèrent à une initiative "laïque" douteuse à Montreuil organisée par le maire local, J.P. Brard. Bien que les PCOI fassent une critique radicale du stalinisme, ils croient encore que l’on peut s’allier à des fractions de la bourgeoisie et se montrer plus malins qu’elles. Illusion léthale...