Accueil > Ni patrie ni frontières > 2 - Famille, sexualité et libération de la femme (2002) > EN MÉMOIRE D’ARTURO PEREGALLI

EN MÉMOIRE D’ARTURO PEREGALLI

dimanche 18 janvier 2004, par Yves

par Sandro Saggioro

Arturo Peregalli est mort à Milan, le 13 juin 2001, à l’âge de seulement 53 ans.
Il n’est pas facile, pour quelqu’un qui fut proche d’Arturo, pour un ami de longue date qui partagea avec lui, pendant ses dernières années, son travail passionné de recherche et de publication sur l’histoire du mouvement communiste révolutionnaire, d’esquisser son profil biographique et intellectuel. Il était en effet animé par une « passion du communisme » qui faisait de lui un homme totalement étranger à l’infecte culture bourgeoise, contingente et publicitaire.

Arturo naquit à Rogolo, petit village de la région de Valtellina, dans le département de Sondrio, le 1er février 1948. Il déménage vite avec sa famille - son père était ouvrier - à Milan où il découvre les difficultés de la vie et une société inexorablement divisée en classes, traversée par de multiples contradictions. Comme de nombreux autres jeunes de son âge, il se dirige instinctivement vers les partis de gauche. En 1966, il rencontre Stefano Rubini lors d’un cours du soir qu’ils suivent ensemble ; ce fut son grand ami de ces années d’apprentissage et d’initiation, ami auquel il restera toujours lié. Il s’inscrit avec lui à la FGCI [Fédération de la jeunesse communiste italienne] et tous les deux adhèrent à la « Tendance » - groupe trotskisant d’Aldo Brandirali (1) à l’intérieur de la fédération milanaise des jeunes du Parti communiste italien ; lorsque Brandirali sort de la FGCI et crée Falcemartello, Arturo et Stefano l’accompagnent ; ils ne le suivent cependant pas plus avant quand celui-ci adhère, en été 1968, au maoïsme (en octobre 1968 Brandirali fonde l’Unione dei comunisti italiani marxisti-leninisti).
Arturo et Stefano se rapprochent alors de groupes plus radicaux de la gauche milanaise. Arturo participe ainsi, en 1968 et lors de l’« automne chaud », aux réunions du groupe de la « Via Sigieri ». Ce collectif, qui prit le nom de la rue où se tenaient ses réunions, comprenait des militants (Mariotto, Claudio, Nino entre autres) qui étaient sortis, en 1964, du Parti communiste international (Il Programma Comunista (2)) pour créer Rivoluzione Comunista (3)).

Ces camarades quittèrent rapidement Rivoluzione Comunista et commencèrent à se réunir dans un local de la Via Sigieri où les rejoignirent certains jeunes comme Arturo, Stefano, Alberto, Liliana et d’autres. Ils se rattachaient tous aux positions d’Amadeo Bordiga, à l’expérience du Parti communiste d’Italie des premières années et à celle de la Gauche communiste italienne en général.
Ils n’avaient donc rien en commun avec les mouvements extraparlementaires qui, à l’époque, naissaient comme des champignons - et disparurent ensuite avec la même rapidité.

La connaissance des positions de la Gauche communiste italienne et d’Amadeo Bordiga, son principal représentant, marquera Arturo de façon indélébile. Durant toute son existence, cette connaissance déterminera ces positions politiques, ses méthodes de recherche et de travail ainsi que sa vie. Arturo ne fut jamais « bordiguiste » et cette étiquette qu’on lui attribua, lorsqu’il accéda à une certaine notoriété, l’ennuyait profondément.
C’est durant cette période, en 1969 pour être précis, que nous faisons connaissance et que commence notre amitié.

A l’époque, Arturo était déjà entré à la Bibliothèque nationale de Brera, d’abord comme étudiant-travailleur, puis, après son service militaire et l’obtention d’un diplôme d’expert-comptable, comme employé régulier à partir de 1971. Son travail administratif aurait dû le tenir éloigné des milliers de livres poussiéreux stockés dans les étages supérieurs, ouvrages dont peu de personnes connaissaient alors l’existence, mais sa passion pour la recherche historique et l’étude du mouvement ouvrier le poussa inexorablement dans cette direction.
Il se prend donc de passion pour les livres et se consacre définitivement, après ses heures de travail, à l’étude de l’histoire en utilisant ce que la bibliothèque met à sa disposition. Il devient l’ami des employés de la bibliothèque, il connaît et reconnaît les personnages décrits par Luciano Bianciardi dans La vita agra, il rencontre les chercheurs qui fréquentent les salles de lecture et affine ainsi ses connaissances en devenant, au cours des années, une sorte de professeur et de guide toujours disponible pour ceux qui demandent des informations sur des textes introuvables ou des conseils sur des questions particulières de l’histoire du mouvement ouvrier. Chaque fois que quelqu’un lui écrivait en commençant sa lettre par « Cher docteur Peregalli », la réponse d’Arturo commençait invariablement par ces mots : « Je ne suis pas docteur ».

Sa soif de savoir et d’approfondissement l’amène également à fréquenter l’Istituto Giangiacomo Feltrinelli, le plus riche en Italie en matériaux et documents sur l’histoire du mouvement ouvrier, et il se lie d’amitié avec le personnel de cet institut. La passion des livres le pousse à « chiner » lui-même dans les petits marchés d’ouvrages d’occasion qui animent Milan et sa banlieue. Il se constitue ainsi une remarquable bibliothèque. Dans sa maison, les livres s’accumulent et occupent tout l’espace ; il rassemble les ouvrages qui ne lui sont pas immédiatement utiles, ou peuvent attendre d’être lus, et les emporte à Rogolo durant ses visites fréquentes à sa vieille mère.
De l’étude et la lecture à la nécessité d’écrire, la route est longue, et passe nécessairement par le maniement de la grammaire et du style. Avec difficulté et beaucoup d’application, Arturo se prépare à franchir également cet obstacle qui n’est cependant pas le plus important.

Arturo n’écrit pas de romans mais des livres d’histoire et quand il écrit (sur la vérité il n’y a pas à transiger), il ne s’oppose pas seulement au monde officiel de la culture bourgeoise mais au PCI qui se veut le porte-parole de la classe ouvrière et qu’Arturo démasquera dans ses écrits comme une force contre-révolutionnaire désormais passée dans le camp ennemi. Arturo, jusqu’à la fin de sa vie, ne cédera jamais à la tentation de transiger afin d’obtenir un succès éditorial ou d’acquérir une quelconque « renommée » publicitaire. Ayant parfaitement assimilé le marxisme à l’école de la Gauche communiste, il reste sur des positions intransigeantes qui lui permettent d’éditer ses essais dans de petites maisons d’édition à l’écart du marché éditorial « normal ». Il restera donc, consciemment et volontairement, en dehors des circuits de la culture « officielle », circuits fermés, par le PCI, aux critiques de gauche qui faisaient renaître des expériences mises à l’index et des noms tabous.

Évidemment, Arturo ne gagna pas une lire avec ce qu’il publia ; il lui suffisait que les textes soient publiés et lus et qu’ils contribuent à clarifier les idées de ceux qui en sentaient la nécessité en dehors de toute prétention culturaliste. Le martyrologue du prolétariat ne servit jamais à Arturo comme un tremplin de lancement pour une carrière et des succès personnels. Son travail d’employé lui permettait de vivre, même si c’était de façon modeste. Il refusait d’entrer dans un monde où son propre engagement dans la recherche historique aurait été télécommandé. D’autre part, et il en était bien conscient, sa façon de vivre et d’être communiste s’accordait parfaitement avec ses recherches et ses études.
Sa première initiative éditoriale est la publication, avec quelques amis, en septembre 1970, d’un petit roman humoristique inachevé du jeune Marx Scorpione e Felice [Scorpion et Félix] (La Piramide, Milan 1970), tableau satirique du milieu politique bourgeois berlinois que ce dernier fréquentait. La brève présentation du texte a été écrite par Arturo, mais signée d’un pseudonyme, H. Leman, dont il se servira également dans des écrits ultérieurs, et elle sera par la suite reprise sous son vrai nom comme introduction au recueil des Romanzi e poesie [Romans et poèmes] de Marx et Engels (Erre Emme, Rome 1991).

En 1973, Arturo épouse Luciana, la compagne de toute sa vie, et grâce à elle il trouve un cadre propice à la poursuite de son travail ; en septembre 1975, naît Bruno, leur fils unique dont Arturo était particulièrement fier.

Au début des années soixante-dix, il fait la connaissance de Bruno Fortichiari (4), un homme d’une grande rectitude, d’une grande modestie et d’une grande intégrité morale ; entre eux naît une amitié sincère et chaleureuse. Arturo admire ce vieux camarade dont il avait jusqu’ici simplement entendu parler dans les livres d’histoire.

Au début des années 70, Bruno Fortichiari crée Iniziativa Comunista-Livorno ’21, « Bulletin pour la gauche communiste », pour promouvoir la réunification des forces des communistes internationalistes alors divisés en nombreux groupes. Une initiative vouée à l’échec selon Arturo lui-même, qui participe cependant au travail du collectif et publie de nombreux articles dans le bulletin, articles signés A.P. ou Leman, son pseudonyme. L’amitié et le travail avec Fortichiari s’interrompent avec la mort de celui-ci en janvier 1981 (même si Iniziativa Comunista-Livorno ’21 continua à paraître irrégulièrement pendant encore plusieurs années)
Entre-temps Arturo avait réussi en 1976 à publier son premier livre Introduzione alla storia della Cina [Introduction à l’histoire de la Chine] (Ceidem, Pistoia 1976). Il s’était consacré à l’étude de Mao Zedong et de la Chine depuis la fin des années 70. Son intérêt était également motivé par la naissance et le pullulement des différentes organisations maoïstes en Italie qui se réclamaient du maoïsme et le tenaient pour une expression du mouvement communiste révolutionnaire.
Dans son travail Arturo démontre la nature bourgeoise du maoïsme et de la République populaire de Chine née en 1949 ; une chose est la conquête, même avec des fusils, de l’unité nationale, une autre est la révolution communiste et la dictature du prolétariat. Évidemment le livre, qui a une distribution très limitée, reste sans écho.

Deux années plus tard paraît, avec une longue introduction d’Arturo, Il comunismo di sinistra e Gramsci [Le communisme de gauche et Gramsci] (Dedalo Libri, Bari 1978), vaste anthologie de textes de la gauche - d’Amadeo Bordiga à Bruno Fortichiari, en passant par Virgilio Verdaro, Pietro Tresso, Onorato Damen et d’autres - dans lesquels le rôle de Gramsci est ramené à sa juste place ; ce dernier est bien le fondateur de la « voie italienne au socialisme » mais il est davantage le théoricien d’une vision idéaliste du processus historique que d’une « orthodoxie marxiste ».

En 1980 paraît dans Classe (n° 17, juin 1980) l’étude d’Arturo intitulée « Le dissidenze di sinistra tra Lenin e Mao. Azione Comunista » [Les dissidences communistes entre Lénine et Mao. Azione Comunista »]. Personne ne se rappelle plus aujourd’hui Azione Comunista, mais au milieu des années cinquante, ce groupe représenta une tentative de recherche d’une alternative de gauche au PCI malgré l’hétérogénéité de ses membres. Arturo écrit une histoire de ce journal dans la rédaction duquel « à côté de Seniga on trouvait (…) des antistaliniens internationalistes comme Bruno Fortichiari, des léninistes désormais convaincus comme Cervetto et Parodi, des libertaires comme Pier Carlo Masini, des sociaux-démocrates de gauche comme Giorgio Galli et même quelques ’’staliniens’’ ».

Le début des années 80 est endeuillé par la mort de Nino Consonni, ami commun, camarade internationaliste et « maître de vie ». Nino, passionné de cinéma, est frappé par un infarctus dans un ciné-club milanais après être intervenu dans un débat qui suivait la projection du film Les Années de plomb de Margarethe von Trotta. Transporté, une fois mort, au poste de secours le plus proche, on ne réussit pas à contacter sa famille, on dut parcourir un petit agenda qu’il portait avec lui et essayer de se mettre en contact avec la première personne dont le nom y figurait.

À la lettre « A » c’est le nom et le numéro de téléphone d’Arturo qui apparaissent immédiatement et c’est donc lui qui se précipite le premier au poste de secours de l’hôpital et avertit ensuite tous ses camarades. Quelques jours plus tard, tous, jeunes et vieux camarades, viendront à l’enterrement de Nino pour commémorer sa mémoire.
Les années suivantes sont riches de travaux et de publications. En 1983, il rédige, avec Dino Erba, l’introduction de Rivoluzione e reazione. Lo stato tardo-capitalistico nell’analisi della sinistra comunista [Révolution et réaction. L’État capitaliste tardif dans l’analyse de la gauche communiste], volume préparé par Alberto Giasanti (Giuffrè, Milan 1983).

Le livre contient dans son intégralité un long texte de Ottorino Perrone (Vercesi) « Parti-Internationale-État » paru en quinze livraisons entre 1934 et 1936 dans Bilan (du n° 5 au n° 26) organe de la Fraction de gauche du Parti communiste d’Italie. Ce livre représente l’un des premiers moments d’une nouvelle explication en Italie du travail et des positions de la Fraction de la gauche italienne à l’extérieur, durant la période fasciste.
Dans ces mêmes années, Arturo collabore à la rédaction de nombreux articles de l’Enciclopedia dell’antifascismo e della Resistenza [Encyclopédie de l’antifascisme et de la Résistance] (Milan, La Pietra, vol. IV, 1984 ; vol. V, 1987 et vol VI, 1989) et dans le premier et unique volume publié de Il Sessantotto. La stagione dei movimenti (1960-1979) [L’année 68. Le temps des mouvements (1960-1979)] (Edizioni Associate, Rome 1988).

Grâce à un coup de chance, en 1984, il arrive à emménager Via San Marco, en plein centre de Milan ; il peut ainsi se rendre à pied à son travail, situé à quelques pas. Dans l’immeuble où il habite, vit également Stefano Merli, qui fonda dans les années 50 avec Luigi Cortesi la Rivista storica del socialismo ; il devient rapidement son ami même si leurs parcours politiques respectifs sont très différents. La mort subite de Merli en 1994 le frappe durement et l’afflige.
Son amitié avec Paolo Casciola, responsable de la publication des Quaderni del Centro Studi Pietro Tresso, remonte au milieu des années 80. Dans la collection « Études et recherches », paraîtront en sept fascicules, entre juin 1987 et avril 1991, de nombreux chapitres du travail d’Arturo L’altra Resistenza. Il PCI e le opposizioni di sinistra in Italia 1943-1945 [L’Autre Résistance. Le PCI et les oppositions de gauche en Italie 1943-1945]. En février 1990 verra le jour, dans le cadre d’un essai à part entière, la conclusion de cette recherche : Il Partito Comunista Internazionalista 1942-1945. L’altra Resistenza. [Le Parti communiste internationaliste 1942-1945]. L’Autre Résistance sera ensuite édité en unique et gros volume (Graphos, Gênes 1991) et cette publication lui apportera une certaine notoriété. Dans la série « Études et recherches » des Quaderni del Centro Studi Pietro Tresso (n° 7, août 1988), paraîtra aussi Antonio Gramsci. Idealismo, produttivismo e nazione [Antonio Gramsci. Idéalisme, productivisme et nation], qui avait déjà paru l’année précédente dans la revue grecque Tetradia.
C’est à la fin de cette décennie qu’il publie deux livres importants : d’abord : Il patto Hitler-Stalin e la spartizione della Polonia [Le pacte Hitler-Staline et le partage de la Pologne] (Erre Emme, Rome 1989), qui démolit la légende tenace selon laquelle le stalinisme s’opposa toujours avec ténacité et acharnement au nazisme et, en collaboration avec Riccardo Tacchinardi, L’URSS e i teorici del capitalismo di stato [L’URSS et les théoriciens du capitalisme d’État] (Lacaita, Manduria-Bari-Rome 1990) dans lequel un beau chapitre est consacré à la position de Amadeo Bordiga.

C’est avec les années 90 que commence la collaboration d’Arturo avec Corrado Basile et la maison d’édition Graphos nouvellement née. Arturo dirige la « Collection d’études et de documents historiques », inaugurée par la publication en volume de L’altra Resistenza. Il PCI e le opposizioni di sinistra 1943-1945 (Graphos, Gênes 1991). Le texte, fruit de longues années d’études et de recherches, lui apporte une certaine notoriété et l’estime de certains historiens « officiels » comme Luigi Cortesi et Michele Fatica pour ne citer qu’eux.

Des extraits de ce livre seront publiés également en anglais et en français. En anglais la revue Revolutionary History (vol. 5, n° 4, printemps 1995) en publie un long résumé sous le titre : « The Left Wing Opposition in Italy During the Period of the Resistance » ; la rédaction de la revue présente Arturo comme « an independent marxist historical researcher » . Trois années plus tard, les Cahiers Léon Trotsky (n° 64, novembre 1998) proposent aux lecteurs français le même texte abrégé sous le titre « L’Opposition de gauche en Italie pendant la période de la Résistance ».

Toujours durant les années 90, Arturo publie avec Paolo Giussani, Il declino dell’URSS. Saggi sul collasso economico sovietico [Le déclin de l’URSS. Essai sur l’effondrement économique soviétique] (Graphos, Gênes 1991) et deux ans plus tard il fait paraître Stalinismo. Nascita e affermazione di un regime [Stalinisme. Naissance et affirmation d’un régime] (Graphos, Gênes 1993). De cette période date aussi la tentative de lancer la revue Laboratorio Storico dont ne sortira cependant qu’un seul numéro (mai-août 1992) qui contiendra notamment un article écrit en collaboration avec Mirella Mingardo : « Il socialismo di sinistra a Milan tra pace e guerra 1912-1918 » [Le socialisme de gauche à Milan entre paix et guerre 1912-1918 ].

Pendant cette période il participe à de nombreux séminaires et conférences sur le thème de la « Résistance » et on lui confie régulièrement la tâche d’illustrer la « dissidence dans la Résistance ». Le livre Conoscere la Resistenza [Connaître la Résistance] (Unicopli, Milan 1994) témoigne de cette activité et contient son texte « La sinistra dissidente in Italia nel periodo della Resistenza » [La gauche dissidente en Italie pendant la période de la Résistance ].

Au milieu des années 90, Arturo interrompt sa collaboration avec les éditions Graphos. Dans le même temps commence la collaboration d’Arturo avec ses amis de la Colibrì de Milan ; cette excellente entente permettra la publication de Amadeo Bordiga (1889-1970). Bibliografia [Amadeo Bordiga (1889-1970). Bibliographie] (Colibrì, Paderno Dugnano 1995). Ce travail, dont les auteurs étaient conscients du caractère partiel - en Italie, la seule bibliographie des écrits de Bordiga de 1945 à 1970 figurait en appendice du livre de Liliana Grilli Amadeo Bordiga : capitalismo sovietico e comunismo [Amadeo Bordiga : capitalisme soviétique et communisme] (La Pietra, Milan 1982) - voulait stimuler l’étude des positions théoriques défendues et répandues dans des minorités restreintes par le « Napolitain têtu ».

Si on a consacré à la vie de Gramsci, père de l’Italie démocratique, et à l’étude de chacun de ses écrits, des centaines et des centaines de volumes plus ou moins bons, si on lui a consacré un institut, Bordiga a subi un ostracisme durant toute sa vie, et même après sa mort.
Faire connaître, même à une petite échelle, son œuvre était une tâche indispensable. Évidemment rechercher tout ce qui avait été publié fut un travail particulièrement ingrat et l’objectif ne fut que partiellement atteint ; d’autres poursuivront cette tâche qui est déjà en bonne voie avec la publication des œuvres complètes de Bordiga jusqu’en 1926, et a été entreprise par Luigi Gerosa pour la Graphos.

À partir de ce moment, l’étude de la vie de Bordiga et de la gauche communiste italienne dans l’émigration en France et en Belgique occupe une bonne partie du temps d’Arturo ; en novembre 1995 il publie Simone Weil e lo stalinismo (1932-1933) [Simone Weil et le stalinisme (1932-1933)] (Quaderni del Centro Studi Pietro Tresso, série « Études et recherches », n° 37, novembre 1995) qui analyse la rencontre de Simone Weil avec l’extrême gauche en France en 1932 et 1933 et les tentatives, ratées, d’unification de ces formations.

L’année suivante, Arturo rédige un essai intitulé « Tragicamente soli ! La questione ebraica nella seconda guerra mondiale » [Tragiquement seuls ! La question juive pendant la Seconde Guerre mondiale ], essai qui est ensuite publié dans une forme légèrement abrégée par la revue Giano (n° 24, septembre-décembre 1996) sous le titre « Il silenzio e la complicità dei nemici del Reich » [Le silence et la complicité des ennemis du Reich ].

Entre-temps, en juin 1996, Arturo avait participé au colloque de Bologne sur la personnalité et l’œuvre d’Amadeo Bordiga ; l’intervention d’Arturo, contenue dans les actes du colloque (Amadeo Bordiga nella storia del comunismo [Amadeo Bordiga dans l’histoire du communisme], ESI, Naples 1999) est l’annonce du travail auquel, avec l’auteur de ces lignes, il était en train de se consacrer. Ce travail devait porter sur la vie du révolutionnaire napolitain dans les années les moins connues de sa vie, pendant lesquelles il fut le plus calomnié, et ses actes et positions les plus falsifiés.
Comme c’est désormais son habitude, son ami Paolo Casciola publie en avant-première ce travail : A. Peregalli-S. Saggioro, Amadeo Bordiga. Gli anni oscuri (1926-1945) [Amadeo Bordiga. Les années obscures (1926-1945)] (Quaderni Pietro Tresso, n° 3, janvier 1997). Amplifié, ce travail paraîtra ensuite en volume : Amadeo Bordiga. La sconfitta e gli anni oscuri (1926-1945) [Amadeo Bordiga. La défaite et les années obscures (1926-1945)] (Colibrì, Paderno Dugnano 1998).

La parution de ce volume nous réjouit énormément, même si la conspiration du silence de la culture officielle continua, en grande partie, à sévir. Pris par l’enthousiasme de la publication, nous pensâmes continuer le travail et traiter des années qui suivirent la fin de la Seconde Guerre mondiale ; puis étudier les années 50 et la scission du mouvement internationaliste en deux tronçons - d’une part Onorato Damen avec Battaglia Comunista et de l’autre Bordiga avec Il Programma Comunista ; clarifier ensuite la question de la Fraction française de la gauche communiste avec ses scissions et ruptures ; et enfin aborder le problème du groupe Socialisme ou Barbarie.

Ce qui a paru jusqu’ici sur la gauche communiste est l’œuvre d’éléments du Courant communiste international ou de son entourage et se termine inévitablement par la glorification de Marc Chirik, le vieux Marc que je présentai à Arturo en 1974 (ou 1975) et avec lequel nous allâmes ensemble rencontrer le vieux Damen. Malheureusement tout ce travail est resté en chantier, et qui sait s’il pourra reprendre sans l’apport fondamental et dynamique d’Arturo.
Entre-temps, en juillet 1998, Arturo avait remis le manuscrit de Togliatti guardasigilli 1945-1946 [Togliatti, Garde des Sceaux 1945-1946] (Colibrì, Paderno Dugnano, 1998) écrit en collaboration avec Mirella Mingardo ; ce livre traitait du passage de Togliatti au ministère de la Justice en qualité de Garde des Sceaux, « à la tête d’un ministère traditionnellement considéré par le mouvement ouvrier comme un des centres de la répression, une des manifestations les plus évidentes du pouvoir ».

À la fin de l’été 1998, comme un éclair dans un ciel bleu, la maladie le frappe et Arturo est opéré. L’intervention chirurgicale se passe bien ; bien qu’ébranlé, en particulier par les thérapies qui doivent suivre l’opération, il reprend et continue sa vie habituelle. À la fin de la même année, il entre, et ce ne fut pas pour lui une mince satisfaction, dans le comité scientifique de la Fondation Amadeo Bordiga avec Michele Fatica, Giorgio Galli, Liliana Grilli, Bruno Maffi et Mario Maffi. Il retrouve à la « Fondation » Liliana, amie et camarade de vieille date, avec qui il descend à Formia pour visiter la maison de Bordiga qui n’était plus habitée depuis la mort de Antonietta, sa compagne. Il s’agit de mettre de l’ordre dans un matériel considérable qui est entassé là, sans être consulté depuis plus de 25 ans. Le travail n’en est qu’à ses débuts.

Malheureusement, à l’automne 1999, sa maladie reprend et de nouvelles thérapies sont nécessaires. Arturo est très sceptique sur son traitement, quoiqu’il ne le laisse pas voir et préfère ne pas en parler, souffrant en silence. Pour éloigner le cauchemar, il cherche à se plonger dans le travail et à reprendre ses recherches.

En janvier-février 2001 paraît PCI 1946-1970. Donna, famiglia, morale sessuale [PCI 1946-1970. Femme, famille, morale sexuelle] (Quaderni Pietro Tresso, n° 27, janvier-février 2001), son dernier texte ; il s’agit d’un chapitre d’un travail de plus ample portée sur le PCI après 1945.
Arturo supporte la maladie sans bruit mais la fatigue excessive et l’épuisement qui le frappent désormais depuis trois ans s’aggravent et ses forces commencent à diminuer. Il continue à travailler à Brera et il le fera jusqu’au bout. Quand il prendra un congé « pour maladie », ce sera la fin.

Ces quelques souvenirs sur Arturo ressemblent à une bibliographie mais cela montre justement à quel point ses écrits, la publication de ses recherches et son travail sont inséparables de sa vie et en constituent une partie fondamentale. Sans aide, presque toujours seul, Arturo a réussi un gros travail qui lui vaut le titre mérité d’historien du mouvement communiste révolutionnaire, mais un historien communiste, animé par la passion de contribuer à la connaissance de l’histoire des vaincus et de ceux qui s’opposèrent au stalinisme et à la dégénérescence du mouvement communiste.

Ses amis se souviendront d’Arturo pour sa modestie proverbiale, pour sa gentillesse dans sa façon d’être et de vivre. L’unique but de son travail était de faire émerger la vérité historique, jamais de faire prévaloir ses intérêts personnels.
Au-delà de la perte d’un ami d’une rare force et d’une rare puissance de travail, sa mort précoce est également une catastrophe lorsqu’on pense à tout ce qu’il aurait pu encore faire. Arturo parlait souvent du moment où il partirait à la retraite et pourait étudier et écrire sans subir les contraintes d’un travail imposé, enfin libre de se consacrer aux questions qui l’intéressaient et le préoccupaient.

À cette étape, il n’est malheureusement jamais arrivé.

Padoue, juillet 2001 Sandro Saggioro

Note du traducteur : Ce texte a été publié dans les Quaderni Pietro Tresso, n° 31, septembre-octobre 2001, Omaggio ad Arturo Peregalli (1948-2001) [Hommage à Arturo Peregalli (1948-2001)], qui contient d’autres témoignages et souvenirs. Quant aux notes ci-dessous, elles ont été rédigées par Sandro Saggioro et Paolo Casciola pour une version abrégée de ce texte parue dans la revue Revolutionary History, volume 8, N° 2, 2002.

1. Arturo Brandirali appartenait à la section de Milan des Gruppi comunisti rivoluzionari (GCR), section de la Quatrième Internationale dite « pabliste » par ses adversaires ou du SU (secrétariat unifié) par ses partisans - et pendant la période de « l’entrisme profond » qui, en Italie dura de 1952 à 1969, Brandirali devint un dirigeant des FGCI, l’organisation de jeunesse du Parti communiste italien En 1966, il lança le groupe Falcemartello (La Faucille et le Marteau), la fameuse « tendance » auquel il est fait allusion dans le texte. Ce groupe rassemblait des jeunes guévaristes, pro-cubains et pro-chinois et finit par scissionner du GCR à la fin de 1967, privant cette organisation de la plupart de ces militants. La majorité fonda donc un