Accueil > Ni patrie ni frontières > 10 : Irak/ Terrorisme/Multiculturalisme/ Laïcité/ Elections > Quelques statistiques sur l’islam et les autres religions

Quelques statistiques sur l’islam et les autres religions

mardi 21 septembre 2004, par Yves

Officiellement, la France compte 60 millions d’habitants dont 42 millions de catholiques, 600 000 juifs, 900 000 protestants et 5 millions de musulmans.
Peut-on accorder crédit à ces chiffres ?

Absolument pas. Pour une raison très simple : il est interdit en France de tenir la moindre statistique fondée sur la religion ; les démographes sont obligés de demander une permission spéciale à l’Etat pour des enquêtes limitées dans le temps. Ils ne peuvent travailler que sur un échantillon de population limité. Si nous prenons le nombre des Juifs (la majuscule initiale traduisant leur appartenance au peuple juif), seule une minorité d’entre eux sont religieux, donc juifs (avec une minuscule). Et parmi ceux qui vont au maximum une fois par an à la synagogue, une partie ne croient même pas en Dieu.

Pour ce qui est des catholiques, on peut supposer que les statistiques qui circulent proviennent du nombre de personnes baptisées, comptabilité tenue par l’Eglise catholique, qui n’est pas vraiment une source d’information neutre en la matière.

Et enfin qu’en est-il des musulmans ? Si l’on en croit la plupart des journalistes et des politiciens (sans parler évidemment de Le Pen et du Front national toujours prompts à avancer des statistiques invérifiables), le chiffre le plus fréquemment cité tourne autour de 5 à 6 millions de musulmans, assimilés de plus à de pieux pratiquants. Néanmoins, une démographe qui s’est spécialisée dans l’étude des migrations, Michèle Tribalat, estime qu’il n’y aurait en France que 3 millions de musulmans et que seulement 20 % d’entre eux suivraient les prescriptions de l’islam : sur ces 20 %, 33 % prient tous les jours, 20 % vont à la mosquée le vendredi et 70 % observent strictement le jeûne pendant le mois du Ramadan. Les statistiques varient considérablement selon les nationalités concernées : la pratique religieuse concerne 29 % des Algériens ; 36 % des Turcs ; 40 % des Marocains ; 65 % des Africains Mandés.

Parmi les descendants migrants algériens nés en France, 30 % des hommes ont une pratique religieuse ; 40 % des femmes ; parmi les jeunes (25-29 ans) : 18 % des filles et 10 % des garçons.

(Y.C.)