Accueil > Ni patrie ni frontières > Racisme et antisémitisme : définitions et distinctions. > Un exemple de la cécité « marxiste » face au judéocide

Un exemple de la cécité « marxiste » face au judéocide

mercredi 24 juin 2020, par Yves

RESUME : Ce texte analyse le contenu de plusieurs articles de Roberto Casella rassemblés dans un livre publié en France, en 2020. Le groupe italien Lotta comunista a une « section française » qui édite un mensuel (L’Internationaliste) et de nombreux livres disponibles dans les librairies de l’Hexagone. Cette organisation fait habituellement preuve de sérieux dans ses analyses économiques et géopolitiques. Néanmoins, sur la question du génocide des Juifs, elle ignore délibérément la différence entre camps d’extermination (en réalité centres de mise à mort) et camps de concentration. Cette confusion ne lui est pas propre, puisqu’on la retrouve au sein de la plupart des mouvements antisionistes qui prétendent que l’Etat d’Israël se livrerait à un « palestinicide », que Gaza serait un « camp de concentration », ou que la « bataille de Jénine », en 2002, pourrait être comparée à l’insurrection du ghetto de Varsovie contre les nazis en 1943. Dans les articles critiqués ici, il n’est nullement question du « sionisme » ou d’Israël, mais on retrouve la même ignorance des faits historiques et, plus grave, la même incompréhension des fondements du judéocide. Le raisonnement de Roberto Casella s’appuie sur une explication économique qui se prétend « marxiste » et est aussi erronée que d’autres (A ) ; sa cécité volontaire traduit une incapacité à comprendre la spécificité de la haine contre les Juifs, qu’il s’agisse de l’antijudaïsme, de l’antisémitisme ou de la « judéophobie » moderne ; une incapacité à comprendre son histoire longue – près de 3000 ans si l’on part de l’Egypte antique (B) – et ses nombreuses mutations qui rendent cette haine d’une religion, puis cette haine de groupes socio-culturels qui lui sont liés de façon plus ou moins étroite, par l’histoire et enfin par la création tardive d’un Etat, très différente des autres formes de racisme ; et une incapacité à comprendre les causes du projet exterminationniste des nazis. Cette cécité n’est pas limitée aux marxistes, on la trouve aussi dans d’autres courants politiques dits de gauche ou anarchistes, mais nous ne nous occuperons ici que de Lotta comunista.

PDF - 219.8 ko