Accueil > Echanges et mouvements > La correspondance est-elle utile pour les lecteurs d’Echanges (...)

La correspondance est-elle utile pour les lecteurs d’Echanges ?

mercredi 12 mai 2004

Texte publié dans Echanges n° 105 (été 2003).

LA CORRESPONDANCE EST-ELLE UTILE POUR LES LECTEURS D’" ECHANGES " ?

Depuis quelque temps, nous publions intégralement la correspondance échangée avec des camarades qui présentent des observations sur un point particulier ou sur des questions plus générales. Nous ne cherchons pas à provoquer de polémiques particulières pour remplir les colonnes d’Echanges, bien que les uns ou les autres aient pu nous reprocher, peut-être plus fréquemment dans une période récente, une certaine agressivité à propos de certains correspondants ou de certaines questions, agressivité qui pouvaient paraître
inutile, voire injustifiée. D’autres critiques ont estimé que ces échanges de lettres prenaient trop de place dans la revue ; d’autres encore pensent que si des polémiques se prolongent, elles finissent par être lassantes et même incompréhensibles, d’autant que souvent elles traitent plus de questions de principe ou de positions détachées des réflexions que l’on pourrait faire sur la situation actuelle.

Nous estimons, tout en reconnaissant la validité de certaines de ces critiques, que la publication de la correspondance (à la fois les lettres des correspondants et les réponses que nous pouvons y faire) est une partie de notre activité, associant ainsi à nos débats l’ensemble de ceux que la
distance géographique réduit à cette forme de contact (tout le monde n’a pas Internet pour bavarder). Nous assumons pleinement la réflexion méprisante fait par certains, selon laquelle Echanges ne serait qu’une " boîte à lettres " ; chacun peut juger de quelle manière.

La réflexion d’un lecteur qui prend la peine de la livrer dans une lettre vaut notre propre réflexion, même si nous ne sommes pas d’accord. Une lettre, même traitant d’une question spécifique, donne l’opportunité à la fois pour nous et pour le correspondant, d’approfondir une question et de l’élargir, voire d’apporter une documentation sur le sujet traité. Il est possible que cette approche apparaisse rebutante parce que trop théorique ou qu’elle lasse apparaissant comme du coupage de cheveux en quatre.

Nous avons envisagé de publier ces lettres et leurs réponses en un cahier séparé ; ces hésitations nous ont conduit à ne pas publier de correspondances dans notre dernier numéro. Et à publier aujourd’hui des lettres échangées voilà quelque temps déjà... Car nous pensons cependant, pour l’heure, que cette publication relève encore de l’activité du " réseau ".