Accueil > Ni patrie ni frontières > 60-61 Gilets jaunes (décembre 2018) > Un Gilet Jaune antisémite et complotiste sur France Culture - 3 décembre (...)

Un Gilet Jaune antisémite et complotiste sur France Culture - 3 décembre 2018

mercredi 5 décembre 2018, par Yves

Lors de l’émission « La Grande Table » du 3 décembre 2018 avec Julien Damon, « sociologue des inégalités, professeur associé à Sciences Po Paris », France Culture, toujours très chatouilleuse quand il s’agit du racisme, du sexisme, de l’homophobie, de la transphobie, de la défense des droits des animaux et j’en passe, nous fait entendre en introduction de son programme « "Gilets jaunes" : quelles réponses à quelles questions ? » des paroles de « Gilets jaunes ».

Ainsi France Culture nous fait écouter plusieurs témoignages de gens qui expriment leur « ras-le-bol fiscal » et se plaignent de leurs difficultés matérielles, une Marseillaise, et puis une longue intervention antisémite (la plus longue et la plus « politique » de toutes), celle d’un jeune cadre (rappelez-vous que pour tous les journalistes les Gilets jaunes c’est la « France d’en bas »... alors qu’un consultant gagne au moins 3500 euros par mois) qui déclare :

« Moi, j’ai fait les grandes écoles, je travaille en finance ; j’ai vu Rothschild dont est issu Macron, Lazard et tout ça, c’est des pourris jusqu’à la trogne, j’ai bossé avec eux. En fait, la vie est un jeu pour eux et nous on est des pions sur un échiquier ; donc ils peuvent faire fermer des usines, mettre des centaines de personnes à la porte, juste pour gagner quelques millions de plus alors qu’ils sont déjà milliardaires. Moi j’ai vu comment cela fonctionne, je travaille dans le conseil en stratégie. »

Ces propos antisémites, typiques de la mouvance fasciste pour qui la banque est contrôlée par les Juifs (Rothschild, Lazard), typiques aussi de la mouvance de la France Insoumise ou de nombreux groupes altermondialistes ou de gauche, ont été longuement reproduits le 3 décembre 2018 sur France Culture. Est-ce parce qu’ils étaient censés être représentatifs du « mouvement » des Gilets Jaunes ? Si c’est le cas, ils contredisaient totalement la version selon laquelle ce mouvement était un mouvement « populaire » de gens qui ont dû mal à boucler leurs fins de mois !

Furent-ils suivis du moindre commentaire critique de la journaliste Olivia Gerbert ou de l’universitaire invité, Julien Damon ? Non, pas un mot, silence total sur cette propagande antisémite et fasciste, pseudo anticapitaliste.

Y.C., Ni patrie ni frontières, 5/12/2018