Accueil > Ni patrie ni frontières > Textes de Joao Bernardo > Joao Bernardo : Nazisme et nature (2007)

Joao Bernardo : Nazisme et nature (2007)

jeudi 6 avril 2017, par Yves

L’affirmation selon laquelle « le national-socialisme n’est rien d’autre que de la biologie appliquée » était courante parmi les nazis. Elle est due à l’eugéniste Fritz Lenz, qui la formula en 1931, et aussitôt cette expression se diffusa très largement, notamment grâce à Rudolf Hess. Mais l’origine de cette conception remonte au célèbre biologiste Ernst Haeckel, qui affirma que « la politique est de la biologie appliquée ».

Cette définition de la politique correspondait exactement aux préoccupations des eugénistes. « L’histoire de notre science est étroitement liée à l’histoire allemande la plus récente », écrivit, sous le Troisième Reich, Otmar von Verschuer, l’un des principaux représentants du mouvement eugéniste, qui, en 1935, fut nommé à la tête de l’Institut de biologie héréditaire et d’hygiène raciale de l’université de Francfort et qui prit la direction « scientifique » de la politique raciale en 1942. « Le chef de l’empire ethnique allemand est le premier homme d’État à avoir recours aux données de la biologie héréditaire et de l’eugénisme en tant que principe directeur de la direction d’un Etat. »

Et le fait que près de la moitié des médecins du Troisième Reich étaient membres du parti nazi révèle que Hitler disposait d’une infrastructure scientifique suffisamment vaste pour mener à bien son programme biologique . Cela montre également jusqu’à quel point les préoccupations eugénistes étaient répandues parmi les scientifiques allemands et autrichiens.

Discipline académique créée dans les régimes démocratiques, l’eugénisme contribua de manière décisive à la formation du cadre idéologique du nazisme. Pratiquement tous ceux qui se consacraient à l’étude de la génétique et de l’évolution défendaient les principes de l’eugénisme, tout comme de nombreux médecins et autres spécialistes de la biologie. Selon André Pichot : « Pendant longtemps, il n’y eut pas de distinction claire entre l’eugénisme et la génétique humaine . » Et pour Edwin Black : « À l’origine, la génétique humaine et l’eugénisme étaient une seule et même chose . »

Lire la suite en cliquant sur le PDF

PDF - 972.2 ko