Accueil > Ni patrie ni frontières > Documents utiles > De la dénonciation des petits bourgeois à celle des bobos : comment la (...)

De la dénonciation des petits bourgeois à celle des bobos : comment la gauche reprend le vocabulaire de l’extrême droite

mardi 31 janvier 2017, par Yves

(Suite à l’enthousiasme d’un camarade pour les écrits de Christophe Guilly, j’ai écrit ce petit texte. Je reviendrai dans un article plus long sur les positions de ce géographe et les raisons de son succès qui ne sont, à mon avis, pas très différentes des raisons de la popularité de Michéa dans les milieux d’extrême gauche ou libertaires, milieux qui manquent toujours singulièrement d’esprit critique vis-à-vis des intellectuels « de gauche » à la mode et sont incapables de produire leurs propres analyses de classe .)

Pendant des décennies, sous l’influence idéologique des « marxistes », de tendance léniniste, trotskiste, maoïste et stalinienne, les militants de gauche et d’extrême gauche dénonçaient le mode de vie petit bourgeois, et l’influence politique néfaste de la petite bourgeoisie (qu’elle soutienne le Parti radical, Poujade ou le CID-UNATI en France, les fascistes en Italie ou les nazis en Allemagne). Avec la victoire des mouvements de libération nationale on vit même, dans certains groupes trotskistes, l’adjectif petit bourgeois s’étendre à la nature de classe du Vietnam, de l’Algérie ou du Cuba, devenus des Etats petits bourgeois, notion pour le moins bancale, celle de capitalisme d’Etat étant plus adéquate.

Bref, ce concept de petit bourgeois n’a jamais été utilisé de façon très rigoureuse malgré les prétentions de leurs utilisateurs. Au départ, la plupart des vulgarisateurs de cette notion s’inspiraient des écrits politiques de Marx, notamment ceux concernant les luttes de classe en France, au milieu du XIXe siècle, époque durant laquelle la « petite bourgeoisie » désignait surtout trois groupes sociaux déjà très différents, les petits paysans propriétaires, les artisans et les petits commerçants. Marx en donnait surtout une définition politique, comme une « classe intermédiaire » « au sein de laquelle s’émoussent les intérêts de deux classes opposées ». Quant à Lénine, il affirmait que le propre de cette classe (ou de cette couche car il utilise les deux termes), « c’est de vouloir l’impossible, de rechercher l’impossible, bref [une] ligne moyenne » visant à éviter tout conflit.

Lire la suite en cliquant sur le PDF

PDF - 1 Mo