Accueil > Ni patrie ni frontières > Revue "Ni patrie ni frontières" en PDF depuis septembre 2002 > Ni patrie ni frontières n° 21-22 (novembre 2007) en PDF : Sur les (...)

Ni patrie ni frontières n° 21-22 (novembre 2007) en PDF : Sur les offensives réactionnaires en France et en Europe

vendredi 4 septembre 2015, par Yves

PDF - 5.4 Mo

Présentation

Même si ce treizième numéro (1) n’est pas vraiment organisé autour d’un thème central comme nous le faisons d’habitude, la moitié des textes tournent autour de la question des élections en France, principalement en ce qui concerne la droite, d’un côté, et l’extrême gauche, de l’autre.

Tout d’abord nous abordons le cas de Sarkozy Ier. Ce politicien réactionnaire a été confortablement élu, contrairement aux pronostics de tous ceux (à gauche) qui croyaient en la victoire de Mme Royal et n’arrêtaient pas de se gargariser de la prétendue « victoire du non » depuis le référendum sur le défunt Traite constitutionnel européen de 2005. Cette pitoyable « gauche de la gauche » qui a bien sûr fini par voter pour la « néosocialiste » (2) Royal a donc vu, « logiquement », dans le résultat des dernières élections présidentielles et législatives une grave « défaite de la classe ouvrière » – à l’exception, notable de Lutte ouvrière, qui a su garder la tête froide tout en appelant à voter pour Royal et en y préparant ses militants plusieurs mois à l’avance (cf. la Lutte de classes de 2007, où l’on trouvait déjà tous les arguments pour capituler devant le PS et son chantage).

Gageons que l’extrême gauche et les altermondialistes nous referont le même cirque pour les municipales de 2008 et en dramatiseront les enjeux pour être sûrs de toucher leurs prébendes étatiques. Comme le rappelle Le Prolétaire, dans son numéro 484-485, citant le Journal Officiel du 1er janvier 2007, le PT, LO, la LCR et le PCF ont touché, en l’an 2006, respectivement 62 508 €, 495 169 €, 525 707 € et 1 882 156 €. On comprend mieux pourquoi ces « défenseurs des travailleurs » veulent régulièrement que nous déposions leur petit bulletin dans l’urne. On est très loin de l’utilisation du Parlement comme une « tribune » révolutionnaire pour soutenir les luttes des exploités.

Pour sortir un peu des miasmes « démocratiques » nous allons ensuite respirer les flammes et les vapeurs d’essence de novembre 2005 en compagnie d’un anthropologue, Emilio Quadrelli qui a interviewé des « guérilleras noires » dans les banlieues françaises : nous tentons d’instiller un peu de réalisme face aux envolées lyriques et aux considérations racialistes de cet intellectuel « radical », dont les raisonnements sont proches de ceux développés en France par les Indigènes de la République ou par certains courants « ultragauches ».

Nous revenons ensuite aux campagnes électorales de l’extrême gauche entre 1968 et 1988 à travers une série d’articles écrits à l’époque par le mensuel Combat communiste. Une petite piqûre de rappel pour ne pas oublier que l’opportunisme électoral des trotskystes a une longue histoire. Et nous en profitons pour rééditer les « Thèses sur le parlementarisme » adoptées par l’Internationale communiste en 1920, thèses dont l’horizon mental n’a jamais été dépassé par les disciples actuels, ternes et mollassons, de la Troisième Internationale, mais qui servent de caution utile pour une pratique réformarde.

Nous poursuivons ensuite par quelques articles sur les élections de 2007 avec différents textes libertaires, dont ceux de la CNT-AIT et de féministes anarchistes, ainsi qu’une analyse de Mouvement communiste sur la situation politique après l’élection de Sarkozy.

Quittant définitivement l’Enfer électoral, nous accostons sur les rives d’un autre continent : le continent des « identités » si à la mode, celles des « Noirs de France » (notamment du CRAN) et des Franco-Maghrébins dont l’idéologie influence le mouvement des Indigènes de la République. En dehors de la critique indispensable de ces courants, il faut reconnaître qu’ils ont placé sur le devant de la scène médiatique des questions ignorées ou débattues dans des cercles jusqu’ici très restreints : le rôle de la France dans la traité négrière, les traumatismes de l’esclavage, la persistance du racisme dans la société malgré tous les beaux discours de la gauche et de la droite, etc. Et la droite a su habilement récupérer une partie de leurs revendications en élargissant la possibilité de fichiers ethniques dans la loi sur l’immigration votée en septembre 2007.

C’est pourquoi nous avons demandé à un camarade américain de nous donner son point de vue sur la « discrimination positive » (dite « action affirmative » aux Etats-Unis) et sur les techniques les plus communément employées, y compris à gauche, pour éviter d’affronter la question des discriminations.

Une brève chronologie présente ensuite quelques grandes dates que devraient connaître tous les prolétaires, qu’ils soient Africains, Antillais…ou Franco-Français. Des dates qui marquent la naissance et l’invention du racisme contre les Noirs en France, la lutte contre l’esclavage aux Antilles, et quelques luttes ouvrières importantes en Afrique. Ce texte est destiné à être progressivement étoffé et enrichi sur le site mondialisme.org en fonction des critiques et contributions reçues.

Wil Barnes nous présente son point de vue sur « l’invention de la race » aux Etats-Unis. Nous reviendrons d’ailleurs plus en détail sur ces sujets, dans le cadre d’un prochain numéro sur les « questions noires en France et aux Etats-Unis » avec notamment des traductions de CLR James.

La revue explore ensuite les réalités de trois pays :

– les Pays-Bas et leur politique d’intégration forcée, ainsi que la situation des immigrés antillais et celle des travailleurs originaires des Pays de l’Est (textes de De Fabel van de illegaal),

– la Grande-Bretagne et le bilan du blairisme (article de Workers Fight, organisation sœur de Lutte ouvrière dans ce pays),

– et l’Argentine avec un article historique sur l’un des premiers sociaux-démocrates de ce pays (un texte de, trotskyste argentin du Partido obrero).

Pour finir un article dresse un bilan du pillage des pays de l’Est par la France et la rubrique « Notes de lecture » rend compte de quelques livres qui ont attiré notre attention.

Ni patrie ni frontières, novembre 2007

1. Voir notre article « Ni patrie ni frontières a 5 ans : petit bilan ».

2. Voulant fébrilement chercher une origine « étrangère » à la prétendue nouvelle droitisation du PS sous la houlette de la Dame du Poitou, la plupart des commentateurs de gauche ou d’extrême gauche ont vilipendé le « blairisme » de Ségolène Royal, quand ce n’est pas son « clintonisme » (cf. le livre du sénateur Mélenchon, ex-trotskyste, tout comme Julien Dray, autre partisan de l’ « ordre » et grand ami des flics, mais qui lui roule pour Royal).

En fait, un courant social-démocrate français a déjà tenté de concurrencer la droite sur ses « valeurs » : ceux que l’on appelait les « néos » dans les années 30. On ne se souvient généralement d’eux que pour dénoncer ceux qui, comme Marcel Déat, ont fini par collaborer, quelques années plus tard, avec Pétain et les nazis, mais on oublie qu’ils faisaient, face à la montée de l’extrême droite, un calcul pas très éloigné de celui de Mme Royal :

– ils voulaient se montrer aussi patriotes que les courants fascistes ou fascisants de l’époque, afin de conquérir les couches populaires que l’extrême droite de l’époque commençait à dangereusement influencer ;

– ils souhaitaient attirer les « classes moyennes » et ne plus seulement s’appuyer sur la classe ouvrière (aussi incroyable que cela puisse paraître la SFIO parlait encore du « prolétariat »… dans ses discours du dimanche) ;

– ils vantaient déjà des valeurs comme « l’ordre, l’autorité et la nation » qu’apprécie tellement aujourd’hui les Valls, Bouti, Dray, Royal et Chevènement.

Même si les « royalistes » actuels n’ont pas du tout le même projet économique que les « néos » des années 30, favorables à des nationalisations importantes, nul besoin d’aller chercher un coupable bushien ou blairiste pour expliquer leurs dérives actuelles. Mais la recherche d’un bouc émissaire étranger permet à la gauche et à l’extrême gauche d’ignorer les racines bien françaises des tendances réactionnaires de la social-démocratie gauloise.

*****

Sommaire

DOSSIER SARKOZY ET LA DROITE

La nazification de Sarkozy n’a pas empêché une partie significative des travailleurs de voter pour lui (NPNF) 7

Pourquoi le gouvernement Sarkozy n’est pas « Vichy II » (BH) 9

Chronologie d’une lente ascension au service de la bourgeoisie (NPNF) 12

Les 7 étapes de la carrière du Petit Démagogue ((NPNF) 14

Sarko-Neige et les 7 Milliardaires (NPNF) 16

Un parti conservateur de masse ? (NPNF) 18

Fédérations de métiers : boîtes à idées ou sections d’entreprises ? (NPNF) 20

Radio Courtoisie ou Radio Sarkozy ? (NPNF) 22

Valeurs, flics et sociologues (CB) 27

Les valeurs éternelles de la droite réactionnaire : travail, famille, patrie, respect, autorité, nation

La patrie, tu l’aimes… ou tu la quittes. De Fustel de Coulanges à Sarkozy (CB) 27

Critiques de livres : Un pouvoir nommé désir (23), Le président a promis, De Neuilly à l’Elysée (23), Libre (28), La République, les religions, l’espérance (), Ensemble (30), Le sacre de Nicolas, Le petit démagogue (32), Sarkozy connection (35), A droite toute (36), Misère du sarkozysme, A propos de deux bandes dessinées sur Sarkozy

L’évolution des droites en France depuis 1945 (NPNF) 39

Elections françaises du printemps 2007 : le retour de l’Etat fort(Mouvement communiste) 42

BANLIEUES ET GUERILLA URBAINE 51

Emeutes et contes de fées pour radicaux (NPNF) 54

Forces de répression et guérilla urbaine (NPNF) 66

Sur les différentes formes de lutte armée (NPNF) 70

La racialisation des questions sociales mène à une impasse (NPNF) 75

LES TROIS SŒURS DU TROTKYSME FRANÇAIS

Textes de Combat communiste

LO, la LCR et les élections 81

De l’Internationale communiste au vote Royal

Deuxième congrès de l’Internationale communiste : Thèses sur le parlementarisme 83

La longue marche vers l’électoralisme (1978) 88

Quand la LCR succombe aux sirènes de l’Union de la Gauche (1976) 94

La plateforme électorale LCR-LO-OCT

Lutte ouvrière « Changer la vie… » ou faire la révolution (1977) 91

Lettre ouverte à un (e ) camarade de la LCR (1977) 97

Le score des révolutionnaires (1978) 99

Un échec (1978) 101

La LCR et le deuxième tour (1978) 103

LO face aux mesures Stoleru (1978) 104

Ouvriers contre capitalistes ou « petits contre gros » ? (1978) 107

LO, le PCF et les immigrés. Autopsie d’un virage (1981) 110

L’extrême gauche et le cirque électoral (19) 112

L’extrême gauche et les présidentielles 113

Lutte ouvrière et la crise (19) 114

La campagne de l’extrême gauche : Où sont donc passées les idées révolutionnaires ? 117

LO, la LCR et le racisme

Karim Landais : Le lambertisme à la croisée des chemins 121

Quelques pistes pour un bilan du trotskysme (Y.C.) 134

Faillite du trotskysme (Combat communiste et Y.C.) 137

ELECTIONS 2007 145

Quand la gauche roquefort flirte avec la gauche pourrielle (NPNF) 146

Le stalinisme existe-t-il encore ? (NPNF) 148

Pourquoi nous, féministes, n’appelons pas à voter pour Ségolène Royal 150

CNT-AIT : Foire aux questions abstentionnistes 152

CNT-AIT : Retour sur les élections présidentielles et législatives

Nationalisme de gauche et chauvinisme altermondialiste (NPNF) 158

« NOIRS DE FRANCE » ET RACISME INSTITUTIONNEL 159

Quelques dates importantes pour les « Noirs de France » et tous les exploités 161

Racisme institutionnel : comment éviter d’en discuter sérieusement (James)

DE L’INDIGENCE POLITIQUE DES INDIGENES DE LA REPUBLIQUE 169

Nous les Indigènes de la République 171

Réponse des Indigènes 174

Un exemple écœurant de la prose des Indigènes (NPNF) 176

Ni putes ni soumises ou la parole confisquée 176

Pourquoi s’intéresser à l’Appel des Indigènes (NPNF) 178

Les Confus de la République (NPNF) 180

A propos de quelques mesurettes contre le racisme (NPNF) 182

Racisme et religions (NPNF) 185

« Non Blancs » contre « Blancs » ou prolétaires contre capitalistes ? (NPNF) 186

LE PILLAGE DES PAYS DE L’EST … »A LA FRANÇAISE »

GRANDE-BRETAGNE : Montée des profits et de la pauvreté. Un bilan de dix ans de blairisme (Workers Fight) 192

PAYS-BAS : un exemple d’intégration forcée : Halte à l’intégration forcée – Comme il nous plaira (De Fabel van de illegaal) 201

ARGENTINE : German Avé Lallemant et les origines du socialisme argentin 206

NOTES DE LECTURE 216

Théories du complot et Da Vinci Code (De Fabel van de illegaal) 217

Jose Bové Candidat Rebelle (NPNF) 221

Que se cache-t-il derrière les moustaches de José Bové ? de Rachid Khaci et

Résistances irakiennes contre l’occupation, l’islamisme et le capitalisme, interviews recueillies par Nicolas Dessaux (NPNF) 223

POLEMIQUE : La falsification minable de L’Universaliste (YC) 226

PROL-POSITION n° 8 est sorti (en anglais) 230