Accueil > Ni patrie ni frontières > 48-49 Exécutions djihadistes de Paris - Antisémitisme et racisme (...) > (3).- Défendre une position claire et offensive sur le statut de la raison (...)

(3).- Défendre une position claire et offensive sur le statut de la raison et des sciences

vendredi 20 février 2015, par Yves

Sous l’influence notamment de l’écologie, de l’apologie de la « nature » (Gaïa, Pacha Mama, etc.), des mouvements indigénistes latino-américains (des zapatistes aux partisans d’Evo Morales en passant par les défenseurs des « peuples premiers » d’Amazonie, d’Amérique du Nord, etc.), les courants dits « anticapitalistes » se retrouvent désarmés (volontairement ou pas) face à la critique rationaliste et scientifique des religions.

La critique (justifiée) du scientisme, du productivisme, du nucléaire, de l’emprise de la technologie sur nos vies, l’apologie du retour à la terre (communautés des années 70) censée posséder des vertus particulières ou la constitution de communautés de résistance locale auto-suffisantes (ZAD) amènent parfois certains militants et sympathisants altermondialistes, anarchistes ou gauchistes à épouser des thèmes qui ne sont pas très éloignés du New Age et de toutes les « philosophies » antirationalistes (22) , antimatérialistes, etc.

Dans un tel cadre, il n’est pas étonnant qu’ils adoptent, eux aussi, un profil bas face à l’offensive des quatre cavaliers de l’obscurantisme que sont les Etats, les responsables religieux, les intellectuels théophiles et les ONG (23) . Ou qu’ils ne décèlent pas les manœuvres de ces différents acteurs.

Il est tout à fait légitime de s’interroger sur les limites des sciences et sur les utilisations politiques des technologies qui en sont issues. Les scientifiques peuvent, eux aussi , adopter des attitudes religieuses, refuser toute discussion de leurs hypothèses, ou vouloir ne pas remettre en cause des lois ayant prouvé leur efficacité depuis des siècles, et tout à coup contestées par tel ou tel savant. Mais il faut faire attention à « ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ».

Il ne s’agit pas d’opposer naïvement un Sud proche de la Terre et de la terre, possédant une rationalité distincte, étant plus en contact avec les « vraies valeurs » (de la convivialité à la mystique), à un Occident scientiste, matérialiste (au sens le plus vulgaire : intéressé seulement à la réussite matérielle), vecteur d’une raison destructrice de la nature. Ou en termes philosophiques traditionnels, il ne s’agit pas d’opposer des « cultures » du Sud centrées sur « l’être » aux cultures « occidentales » centrées sur « l’avoir ».
Ce discours-là est à la fois celui des Eglises qui dénoncent le « matérialisme » contemporain, de nombreux philosophes athées ou agnostiques et de nombreux militants gauchistes, altermondialistes ou libertaires. Et un tel discours influence évidemment l’analyse des religions, l’attitude que l’on adopte vis-à-vis des croyants et des Eglises.

Si de nombreux militants minimisent, ou refusent d’analyser, le rôle de l’obscurantisme religieux, c’est souvent parce qu’ils n’ont guère confiance dans le rôle de la raison et des sciences et font preuve d’un relativisme tout à fait dans l’air du temps (cf. le point 7).

Notes

22. Sur l’influence des théories écologistes réactionnaires dans le mouvement altermondialiste on pourra lire : « Goldsmith et sa hiérarchie gaïenne » ; « Le millionnaire Goldsmith soutient la gauche et l’extrême droite » (Compil’ n° 3).

23. « Religion et politique (1) : Les Quatre cavaliers de l’obscurantisme (introduction) » ; « Religion et politique (2) : L’offensive des théologiens, ecclésiastiques, dirigeants de communautés religieuses, etc. » (3 autres parties paraîtront cette année).

Y.C., Ni patrie ni frontières, février 2015

(à suivre)

****

Autres articles liés

1. Adopter une position claire face aux religions et tirer un bilan des positions défendues dans le mouvement ouvrier à ce sujet.

http://mondialisme.org/spip.php?article2247

2. Réfléchir à la question de la laïcité et des droits démocratiques aujourd’hui.

http://mondialisme.org/spip.php?article2250

3. Définir une position claire et offensive sur le statut de la raison et des sciences face aux obscurantismes religieux.

http://mondialisme.org/spip.php?article2252

4. Critiquer les ambiguïtés de la thèse de « l’islamophobie ».

http://mondialisme.org/spip.php?article2253

5. Lier la question de l’islam aux luttes géopolitiques en cours, y compris entre les Etats dits « musulmans » du Sud.

http://mondialisme.org/spip.php?article2258

6. Remédier à notre méconnaissance et incompréhension du rôle social des religions, en particulier de l’islam.

http://mondialisme.org/spip.php?article2254

7. Combattre l’influence néfaste des sous-produits gauchistes des théories « postmodernes », des « études subalternes » et « postcoloniales ».

http://mondialisme.org/spip.php?article2255

8. Prendre conscience que les affirmations identitaires renforcent le poids social et politique des religions, donc freinent la lutte de classe.

http://mondialisme.org/spip.php?article2259

9. Acquérir une vision claire et précise des différentes formes de racisme. Et réfléchir à ce que pourrait être un antiracisme de classe.

http://mondialisme.org/spip.php?article2260

10. Comprendre la nature complexe de l’antisémitisme mondialisé actuel.Retour ligne automatique
http://mondialisme.org/spip.php?article2261