Accueil > Ni patrie ni frontières > 36-37 : Extrême droite, extrême gauche : Inventaire de la confusion > Le site Primitivi n’est pas content de nos critiques !

Le site Primitivi n’est pas content de nos critiques !

dimanche 13 mai 2012, par Yves

Suite à "l’inventaire de la confusion" (N° 36/37 de Ni patrie ni frontières) nous avons reçu ce mail du site Primitivi que nous publions sans lui répondre puisque, comme ils le disent si élégamment, ils ont "autre chose à foutre".... et nous aussi !

Nous remarquerons seulement que leur réponse est très sélective, puisqu’ils n’engagent aucune discussion politique sur le fond, et sont muets sur le contenu éditorial du Grand Soir, d’alterinfos, du Réseau Voltaire et les positions de Thierry Meyssan. Par humanisme, sans doute ? Quant aux liens économiques, financiers et politiques entre le "progressiste" Chavez et les pacifiques Kadhafi et Bachar al-Assad nous renvoyons aux articles parus à ce sujet sur notre site 1617 et 1719 à partir d’infos tirées de la presse chaviste elle-même.... (Ni patrie ni frontières).

******************************

Primitivi blacklisté ? A quelle confusion la chasse aux sorcières de mondialisme.org et de Indymedia-Paris est-elle utile ?

Récemment, Le film anonyme "I love videosurveillance", qui fustige la mise en place de caméras dans nos quartiers marseillais (et visible ici : http://www.primitivi.org/spip.php?article531) a été refusé sur Indymedia paris. Motif : il avait auparavant été publié sur primitivi.org, que les modérateurs d’Indyparis ont apparemment mis sur une liste noire (après avoir relayé nos articles pendant des années) !

Pourquoi ? c’est là que ça devient mignon : parce que primitivi.org est cité dans l’annexe 4 d’un article fleuve intitulé "Extrême gauche/Extrême droite. Inventaire de la confusion", avec un sous-titre "les idiots utiles à la confusion" écrit par Yves Coleman, qui anime le site "Mondialismes.org". Les modérateurs d’Indymedia-paris ont-ils lu cette brochure ? Nous pensons que non, et nous tenons du coup à nous défendre de ce qui nous apparait aujourd’hui comme une dégueulasserie, stérile politiquement de sûrcroit. Primitivi pas clair avec des trucs fafs ? si vous doutez, lisez la suite. Sinon, changez d’article…

Les faits : nous sommes cités dans l’annexe numéro 4 d’une brochure de plusieurs dizaines de pages (150, on croit, allez le lire ici si vous avez tout l’été de libre et pas envie de sortir
http://www.mondialisme.org/spip.php?article1698 ) titrée "extrême droite/extrême gauche. Inventaire de la confusion" écrite par Yves Coleman et publiée sur mondialime.org. L’article tire en long en large et en travers sur les passerelles rouges-brunes, conscientes ou non . Les cibles les plus connues : Dieudonné, Soral qui brouillent les cartes en mélangeant engagements prolétariens et fascisants ou anticolonialisme et nationalisme.
Mais c’est en voulant affiner le propos qu’il se retrouve a faire lui aussi des amalgames, raccourcis et bruits de chiottes aussi infects que ceux qu’ils dénonce.
Après avoir expliqué son propos, le chevalier blanc Coleman cite des noms et fait ses petites listes. D’abord les "sites qui propagent la confusion", dans une première liste noire. puis les "militants de la confusion", et enfin "les idiots utiles à la confusion" dont nous sommes. Qui sont ces idiots utiles : ceux qui par dérive petite bourgeoise ou manque de radicalité ou défaillance d’analyse politique citent ou diffusent des idées pas assez ceci ou trop cela.

La citation d’Yves Coleman de primitivi dans l’annexe (4)
" Ce site héb–erge des arti–cles en faveur des régimes de Chavez et Morales, ce qui ne nous sur–prend pas. Un site qui s’intér–es–serait aux luttes de classe sur le conti–nent latino-amé–ricain n’aurait guère de succès chez les gau–chis–tes tiers–mon–dis–tes et néos–ta–liniens ou auprès des alter–mon–dia–lis–tes réf–orma–rds. Dans ses liens, on trouve donc les ingrédients habi–tuels de la salade de la confu–sion : CQFD (gauche radi–cale), RESF (huma–ni–tai–res de gauche), Le Monde diplo–ma–ti–que (tiers–mon–dain et sou–ve–rai–niste), Article 11 (anti–fas–ciste), mais aussi alte–rin–fos (tiers–mon–diste réacti–onn–aire) et le Grand Soir (néos–ta–linien, natio–na–liste de gauche)… Et deux arti–cles du Réseau Voltaire (cons–pi–ra–tion–niste). Un petit débat s’est engagé à la suite des der–niers délires de Meyssan en faveur de Kadhafi après sa chute, mais rien de plus…"

Que nous est-il reproché ?
1) D’avoir soutenu les mouvements progressistes latinos, et publié des articles "chavistes" ou "pro-Morales". Pas assez bien le père Chavez ? peut -être… On n’a jamais refusé d’en discuter, publié aussi les articles d’el libertario (anars) bien avant Coleman, des mouvements de base de La Victoria à Caracas, accueillis quand nous le pouvions et soutenus leurs militants de passage, diffusé et soutenu des films produits par ceux que Chavez appelaient "los encapuchados", échangé des programmes avec Teletambores ou d’autres médias populaires de là-bas. Mais depuis notre rencontre avec le Venez en 2002 au lendemain du putsch fasciste avorté contre Chavez grâce à la mobilisation populaire, notre position en tant que militants européens n’a jamais été de hurler avec les loups en traitant Chavez de "caudillo" ou "d’ami de Kadhafi" comme les purs de purs et … libé ou le figaro !

2) D’avoir dans notre rubrique "liens" des "réformards" comme le Monde diplo ou pas assez radicaux comme le RESF. Ok, on n’est pas un organe de parti politique. Il n’y a pas de politburo à primi, et on se considère aussi comme "un média" non -aligné qui diffuse des choses, des films des articles divers et variés. On n’est pas forcément d’accord avec chaque ligne, et même pas forcément d’accord entre nous. Mais on a toujours rêvé de servir à fédérer, à regrouper plutôt qu’à se poser en juges qui distribuent des bons points. Notre site est une part de notre action. Une autre est dans la rue, aux côtés des quartiers qui s’organisent, dans la mise en place d’évènements et de projections souvent pointus. Diffuser et faire tourner sur les soulèvements tunisiens, sur la lutte des fralibs qui veulent récupérer leur usine et la transformer en coopérative, sur les mouvements de résistances face aux méga-projets d’Euromed ou de Marseille, capitale européenne de la Culture,...

3) Et enfin oui, on a relayé un article d’appel au secours du réseau Voltaire, ou Meyssan et un autre journaliste étaient coincés en lybie et flippaient de se faire dessouder par les amerloques après la victoire des gentils rebelles contre le méchant Kadhafi. A ce moment là, le silence assourdissant de l’extrême gauche et des libertaires français contre l’opération militaire nous a peut être rendu sensible au discours de ceux qui étaient sur place et disaient que ça se passait pas exactement comme on nous le racontait ici. On s’en est d’ailleurs (très brièvement) expliqué sur le forum du site. Heureusement depuis la chute de l’ignoble dictateur, tout va pour le mieux en lybie.

Alors c’est comme ça qu’on devient des alliés, même inconscients, de l’extrême droite ? On a dans nos gènes, multiples et variés, des engagements antifascistes qui datent de longtemps. On a soutenu becs et ongles les FTP et leur action directe contre le FN, fait un film, participé à toutes les campagnes de soutien, et été de tous les rassemblements antifa depuis. Outre la rogne dans laquelle ça peut mettre de se faire insulter, quel objectif visent les listes noires de Coleman ? On sait que par la magique et sournoise logique d’internet, "primitivi.org" se retrouve taggé à "extrême droite" dans son article pourri même si on s’en défend ? C’est sans doute ce qui a dû se passer chez indymedia-Paris. N’aurait-il pas pu, au moins nous envoyer son article, et nous attaquer directement sur le site ? A quoi serviront ces 150 pages qui attaquent les "gau–chis–tes tiers–-mon–dis–tes et néos–ta–liniens", "alter–mon–dia–lis–tes réf–orma–rds", et autres, en mélangeant les compromissions les plus graves et le fait d’avoir publié des articles qui auraient aussi pu se trouver sur des sites qui auraient aussi pu publier des articles d’extrême droite (puisque c’est en définitive ça qui nous est reproché ?) Au moins 50 autres noms d’oiseaux tous aussi méprisants sont décernés par le professeur Coleman qui rendent n’importe quel engagement anticolonial ou anti-impérialiste suspect de nationalisme (voire d’antisémitisme !), tout humanisme coupable de faiblesse, dans une grande soupe qui, à notre avis, à bien aussi le parfum de la confusion.

Quant aux modérateurs d’Indymedia-paris. Est ce qu’il veulent, parce que Indymedia à parfois été trop largement ouvert à la publication se racheter une radicalité de ligne éditoriale ? Ok, mais alors faites le sérieusement. Et pas en tissant des passerelles de passerelles sur la base de rumeurs qui au final vous font censurer un film parce qu’il a commis la criminelle faute d’être publié là ?
Si le site primitivi vous semble trop ceci ou trop cela, ok discutons-en, mais censurer ceux qu’on a choisi de relayer sur le site à ce seul motif ne peut être qu’une erreur politique absurde.

On espère avoir des réponses, même si on ne compte pas se lancer dans une interminable polémique. Ce n’est pas notre rôle, et a vrai dire on n’a autre chose à foutre. A bon entendeur...