Accueil > Echanges et mouvements > Proche-Orient : Palestine, Iran, Egypte > Dans les publications : le « printemps arabe »

Dans les publications : le « printemps arabe »

vendredi 16 décembre 2011

Revue de presse parue dans Echanges n° 138 (automne 2011).

Voir aussi Egypte : une insurrection, pas une révolution.

« Le printemps arabe est fini », dans Le Prolétaire n° 500 (mai-septembre 2011) : « Les illusions de changement se sont évaporées et face aux prolétaires et aux masses prolétarisées, reste la réalité du talon de fer des Etats capitalistes et de l’impérialisme. »

« Révoltes et Révolutions », dans La Forge n° 520 (juillet-août 2011).

◆ Sous le titre général « Crise, migration, soulèvements, militarisation – comment ça continue au Proche-Orient ? », un article et des extraits d’un journal de bord à propos de l’Egypte, plus une analyse généraliste sur la situation en Libye, au Bahreïn, etc., dans le n° 90 (été 2011) de la revue allemande Wildcat.

Le premier article, « Le mouvement social en Egypte se poursuit », rappelle les origines ouvrières et paysannes des luttes en Egypte qui ont culminé avec la grève des travailleurs du textile à Mahalla al Kubra en 2008. Mais aussi que les ouvriers d’industrie sont minoritaires dans la société égyptienne où la majorité vit du tourisme et de l’économie informelle. Une structure économique et sociale qui, jusqu’à maintenant, a permis à l’armée de confisquer le pouvoir.

Le deuxième article apporte une touche personnelle aux considérations du précédent par des extraits du journal de Savo, Suisse ayant passé le mois de mai au Caire, qui couvre les journées des 9 et 10 mai 2011.

Le troisième article, « Printemps arabe ou soulèvement des autochtones ? », aborde l’impact des migrations dans les pays arabes sur les luttes de classes dans ces pays ainsi que dans les pays de provenance des migrants, un aspect rarement soulevé dans les nombreux textes qui ­foisonnent sur les révoltes touchant plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient depuis la fin de l’année 2010 : dans les pays riches en pétrole du Golfe et d’Afrique du Nord, la composition de la population s’est considérablement modifiée au cours de ces dernières années, selon l’auteur de cet article (p. 64). Mais les migrants sont principalement employés dans des professions que les autochtones refusent, parce que mal payées ou dévalorisantes ; et il ne semble pas, toujours selon l’auteur, que les luttes de ces ­migrants pour de meilleures conditions de vies dans leurs pays d’accueil, et l’écho que ces luttes trouvent dans leurs pays d’origine, aient suscité un quelconque intérêt chez la jeunesse autochtone, elle aussi pourtant aspirant à de meilleures conditions de vie. Parfois même, l’auteur citant l’exemple de la Libye en 2000, la frustration des autochtones peut trouver un exutoire dans l’agression de migrants (p. 66).

◆ « Que se passe-t-il réellement ? Comment la propagande de l’information déforme, maquille et occulte les faits ? », telles sont quelques-unes des questions que se pose, à propos des révoltes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la revue espagnole Etcétera dans son n° 48 (juin 2011). Elle a choisi d’y répondre en se penchant principalement sur l’Egypte et la Libye. Ne revenons pas sur les réflexions à propos de l’Egypte qui recoupent plus ou moins ce que nous avons pu écrire dans Echanges et relevé dans d’autres revues amies, telles que Wildcat citée plus haut. Et attardons-nous sur les deux articles concernant la Libye, un domaine beaucoup moins étudié : le premier article, intitulé tout simplement « Libye », fait le choix de rappeler sobrement des faits passés et récents censés expliquer le présent ; avec bonheur, en dépit de quelques approximations ­vénielles (l’auteur de cet article affirme, par exemple, p. 16, qu’un des fils de Kadhafi, Saïf Al-Islam, serait mort à la fin avril alors qu’en octobre 2011 il est, aux dernières nouvelles, encore bien vivant) ; le deuxième, émanant d’un dénommé Paolo Sensini qui s’est rendu en Libye au printemps 2011 avec un groupe de volontaires, The Non-Gouvernemental Fact Finding Commission on the Current Events in Libya (en anglais dans le texte), est extrêmement douteux. Cet observateur a consigné ses observations dans un texte daté de mai 2011, « Ce que j’ai vu en Libye ». Selon Paolo Sensini, les Alliés anti-Kadhafi ont nourri leur propagande du spectacle fleuri des révolutions arabes (« révolution du jasmin » en Tunisie, « révolution du lotus » en Egypte) et de rebelles photogéniques, « en somme, une opération [en Libye] à la saveur épique et romantique (...) » (p. 27). « Ma première impression, dans la matinée du 16 avril, alors que je parcourais les rues de Tripoli, fut celle d’un large soutien à Kadhafi (...) » (p. 29). Les médias occidentaux ont fait état de bombardements commandés par Kadhafi sur les Libyens ; Paolo Sensini n’a constaté de victimes que dans les banlieues de Tripoli : plus de quarante civils morts, non pas à cause des sbires de Kadhafi, mais des frappes de l’Otan (p. 32). Dans la soirée du 17 avril, la mission s’est rendue à la résidence-forteresse du guide libyen, Bab Al-Aziziya, où elle a noté que le peuple aimait son guide, à la fois son « frère et son père » (p. 33-34) : des milliers de gens, du bébé au vieillard, pique-niquant dans un enthousiasme charmant dans le parc jouxtant la forteresse. Enfin, « il ne nous restait, avant de partir, qu’à rencontrer la dernière personnalité importante inscrite à notre agenda, Monseigneur Giovanni Martinelli, évêque de Tripoli (...) », qui augure que « l’attaque militaire de la Libye par les Alliés est injuste et erronée, aussi bien d’un point de vue tactique que stratégique, parce que les bombes vont renforcer Kadhafi et lui permettre de vaincre » (p. 34) ; oracle repris à son compte par notre scribe avisé. Ne faut-il pas croire en dieu pour absoudre ses diableries ?

◆ « Uprising and class struggle in Egypt » Une analyse (en anglais) du soulèvement par des Egyptiens avec un historique et l’intervention des différentes classes sociales (copie à echanges.mouvement@laposte.net).

Syrie

« Bref aperçu sur la Sy­rie » dans Le Prolétaire n° 500 (mai-septembre 2011).

Tunisie

◆ « Soulèvement populaire en Tunisie », « Le peuple veut renverser le système » dans Offensive Libertaire n° 31 (septembre 2011).

Harragas (Tunisiens) à Paris

◆ « Pourquoi pas ? » « (détruire tout ce qui nous détruit), juillet 2011,gratuit
(soutien6cra@riseup.net) Parmi d’autres infos sur faits et méfaits de la répression quotidienne, « Fragments de la lutte des harragas à Paris » (les harragas sont les immigrés tunisiens ve­nus perdre leurs chances en France après les émeutes de début d’année) « Harragas  » est aussi le titre d’un supplément gratuit au journal Pourquoi pas ? (juillet 2011) retraçant en détail les déboires, les luttes et la répression de ces émigrés. Des extraits sur monde-antigone

Maroc

◆ Vidéo et communiqué du Mouvement du 20 février de Rabat, suite à la répression de la manifestation du 13 août, mêlant contestation et arts de rue. Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=P93W...

◆ « Maroc. Référendum Mouvement du 20 février » : article envoyé le 18 juin à Divergences, revue internationale libertaire, concernant le référendum du 1er juillet. En ligne : http://divergences.be/spip.php?arti...