Accueil > Echanges et mouvements > Economie et crises > Crise financière articles 2007,2008, 2009,2010 > 25-03-2008- Il faut sauver le « soldat dollar »

25-03-2008- Il faut sauver le « soldat dollar »

jeudi 29 avril 2010

Le 25-03 2008- Les grands argentiers de la planète vont se réunir, les 12 et 13 avril. Au cours de se conclave, il sera évoqué le sauvetage étatique du système monétaire international. Même si la banque d’Angleterre a démenti l’information concernant l’intervention des contribuables en dernier recours pour renflouer le système monétaire, il n’en reste pas moins que la question a bien été posée. La crainte des financiers internationaux, est de voir se concrétiser la fuite de 16 300 milliards de dollars des USA, fuite déjà opérationnelle.

Depuis le 2 avril l’ expansion com, est venu confirmer l’ information :
“Et vous, vous êtes pour ou contre le sauvetage du système financier par les autorités ?” Plus un jour ne se passe aux Etats Unis sans que la question ne fasse l’objet d’au moins une émission télévisée, d’enquêtes de presse écrite, d’innombrables blogs passionnés consacrés au terme le plus à la mode du vocabulaire anglo-saxon : le “bailout”, c’est à dire le renflouement par l’Etat d’établissements pris dans la spirale des crédits subprime.
Jusqu’à il y a quelques semaines, ce qui était alors un gros mot permettait de tracer une ligne de partage claire entre les partisans classiques du laissez-faire économique et les adeptes d’une intervention publique modérée - souvent des démocrates en campagne électorale… Mais l’ampleur et le caractère inédit de la crise ont brouillé ces divisions traditionnelles. « 
Lire la suite
Tout ceci , nous donne un vision de plus en plus catastrophique, de la crise financière internationale tenue à bout de bras par la FED et la BCE pour maquiller des réalités de plus en plus évidentes. L’ ancien conseiller de Bill Clinton Nouriel Roubini, avance le chiffre de 1000 Mds de dollars de pertes pour le secteur bancaire , ce que le G7 confirmera. Mais cette somme est sans aucun doute que la partie visible de l’iceberg, celle que l’on commence à nous dévoiler.
La crise du « subprime » comme la gangrène commence à s’ étendre sur d’ autres produits immobiliers réputés moins risqués , ils portent le nom de « near prime » ou Alt-A. les défauts de remboursements sur ces risques se chiffre pour les titres émis en 2005,2006,et 2007 respectivement à 6,38%,9,67% et 14,28%. Ben Bernanke en personne, a précisé que « le niveau élevé des défauts de remboursements et des saisies immobilières n’ est pas limité au subprime ».
Les LBO entrent maintenant dans la danse, et le groupe américain de stations de radio Clear Channel Communications a annoncé avoir obtenu de la justice du Texas une décision empêchant temporairement les banques censées financer son rachat pour 22 milliards de dollars de revenir sur leurs engagements. En effet selon le Wall Street Journal, six banques refusaient d’ intervenir : Citigroup, Crédit suisse, Deutsche Bank, Morgan Stanley, RBS et Wachovia. Clear Channel est provisoirement « sauvé » mais toute bête blessée attire les prédateurs.
On retiendra du voyage de Sarkosy en Grande Bretagne, que Paris et Londres ont plaidé jeudi, dans le communiqué publié à l’issue d’un sommet bilatéral ,une plus grande transparence des marchés financiers, appelant les banques à révéler "rapidement et totalement l’ampleur de leurs pertes" ce qui est bien révélateur.

Gérard Bad le 3 avril 2008