Accueil > Ni patrie ni frontières > 3 - Que faire contre les guerres ? > Chedid Khairy : UN TITRE ET UNE ILLUSTRATION PROBLEMATIQUES

Chedid Khairy : UN TITRE ET UNE ILLUSTRATION PROBLEMATIQUES

samedi 24 janvier 2004, par admin

Cet article est extrait du journal Solidal consacré à l’Algérie. Pour tout contact écrire à.

Le journal L’Etincelle du mois de janvier 2003 a consacré une place importante aux mobilisations anti-guerre. C’est l’organe du courant Socialisme international qui s’appelle, en France, Socialisme Par En Bas. En dernière page, le choix d’un titre et d’une illustration a retenu notre attention. « Nous sommes tous des musulmans » est accompagné d’une photo tirée de la grande manifestation d’automne à Londres contre la guerre. Le hic est que cette photo représente une femme voilée et un homme barbu, en djellaba blanche et portant une calotte (’araqya).

Le titre fait référence à un ancien slogan de 1968 « Nous sommes tous des Juifs allemands ». Il s’agissait alors de dénoncer la décision de l’université d’exclure le dirigeant emblématique du mouvement estudiantin, Daniel Cohn-Bendit, et de son interdiction de séjour par les autorités policières. Ce dernier fut en effet dénoncé comme juif et comme allemand.

L’illustration quant à elle a un contenu et un sens très particulier. Ici, l’Irak est représenté par deux jeunes gens islamistes. Cette représentation est fausse et dangereuse. D’abord, l’Irak n’a pas un régime islamiste. Il n’est pas non plus dans le collimateur de Bush parce que les Irakiens seraient majoritairement musulmans. Le laisser croire est erroné.

De plus, si l’on comprend bien le contenu de cette photo, être musulman en France est réservé aux éléments religieux, pratiquants, traditionalistes ou intégristes. Il est singulier de voir un journal d’extrême gauche postuler ainsi une appartenance aussi réductrice à une religion. Il semble aller dans le même sens qu’un Sarkozy quand il « organise » les structures représentatives (sic) de « l’Islam de France » en négociant avec les seuls courants organisés et pratiquants. Avec une telle logique, on ne pourrait être musulman qu’en étant pratiquant, conservateur voire carrément proche des sensibilités intégristes !
A suivre cette logique, que deviennent les personnes se sentant musulmanes par héritage culturel, historique ou national ? Elle ne semblent pas avoir voix au chapitre ! On peut être musulman sans pratiquer, en ne célébrant que les fêtes (’ayd al kebir, ’achoura, mouloud al nabi, etc.), en pratiquant un peu, moyennement, etc. Sans parler de ceux qui ne pratiquent pas du tout ou ne sont pas religieux. On peut être originaire d’un pays dit musulman sans l’être ! Bref, la diversité existe bien ! « al Hamdullilah » !!

Réduire les musulmans à cette image est faux et dangereux. Le poids des préjugés reste fortement ancré en France, même au sein de la gauche radicale. Ici cela part peut être de « bons » sentiments. Pourtant, elle traduit une vision non seulement naïve mais réellement stéréotypée. Et cela va dans le sens d’une vision réductrice et diabolisatrice.

Une telle approche signifie l’abandon ou la minimisation des luttes pour la laïcité et la liberté de conscience dans ces pays. Le rapport de forces est certes aujourd’hui, défavorable sur ces questions. L’appui et le relais de ces combats est plus que jamais primordial.
Les événements du 11 septembre ont accentué la diabolisation de populations entières. Les positions et attitudes racistes ont déjà un enracinement certain dans la société française.

Dénoncer aujourd’hui en France le racisme anti-arabe et anti-musulman est essentiel mais pas au prix d’un tel compromis.
S’agit-il d’une simple erreur ? On peut penser que non. En fait, il semble bien qu’il s’agisse d’une conséquence d’une lecture sans nuance de l’approche du courant auquel appartient l’Etincelle à propos de l’islamisme. Le dirigeant du SWP anglais Chris Harman a ainsi développé dans son texte ’Le prophète et le prolétariat » une analyse de ce phénomène prônant la possibilité d’alliance pour la gauche radicale avec les courants intégristes en raison de leur caractère anti-impérialiste. Ce courant considère que les courants intégristes ont un rôle à jouer dans les mobilisations actuelles et qu’il convient donc de se lier à eux.

Cette position semble traduire une complaisance dangereuse envers les courants intégristes …
Une telle approche mérite une réelle discussion avec ces camarades.

Federation of Workers’ Councils and Unions in Iraq

January 18, 2004