Accueil > Ni patrie ni frontières > De Fabel van de illegaal : La Fable de l’illégalité (1998-2007) > McDonald’s attaqué de tous les côtés

McDonald’s attaqué de tous les côtés

vendredi 25 avril 2008, par Yves

Gerrit de Wit

Le 16 octobre 1999, lors de la Journée mondiale de l’Alimentation, Voorpost, organisation néerlandaise appartenant à la Nouvelle Droite, a manifesté contre McDonald’s pour la première fois, et ce – paraît-il – dans huit villes. Ses militants ont essayé de convaincre les passants de la validité de leur projet d’une culture alimentaire nationaliste en distribuant des tracts et des pommes « bio » néerlandaises.

Comme chaque année, des militants de gauche ont manifesté dans différentes villes des Pays-Bas contre le géant américain du hamburger au cours d’une journée d’action. Les cercles de gauche ont pris l’habitude de faire coïncider leurs manif contre McDonald’s avec la Journée mondiale de l’Alimentation. Ils accusent la multinationale d’être responsable du massacre de millions d’animaux, de déforestations massives, de l’augmentation de la pollution, des conditions de travail lamentables de ses employés et des problèmes alimentaires mondiaux.

Culture de masse

La journée d’action a commencé très tôt à Leiden pour les militants de gauche qui ont arraché les affiches anti-McDonald’s collées par Voorpost sur les murs de la ville. « Stoppez la culture de masse. Journée alimentaire mondiale = Journée anti-McDonald’s » proclamaient les affiches. Ensuite les militants de gauche ont distribué des tracts et de la nourriture bio (qu’ils avaient cuisinée eux-mêmes) devant le magasin de McDonald’s dans la zone piétonne au centre de Leiden. Une équipe de la chaîne de télévision VPRO était présente sur les lieux, mais ses membres ont reconnu qu’ils avaient rendez-vous avec le dirigeant de Voorpost, Marcel Rüter. Ils étaient venus pour filmer sa manifestation, mais, à la dernière minute, le leader d’extrême droite s’est décommandé.

Plus tard dans l’après-midi, deux militants de la Nouvelle Droite sont arrivés avec un sac de pommes pour montrer leur « solidarité » avec les militants de gauche. « C’est une bonne initiative, ont-ils déclaré. Finalement, nous sommes d’accord. » Puis ils ont disparu aussi rapidement qu’ils étaient apparus, et se sont fondus dans la foule des badauds qui faisaient du shopping dans le centre-ville. Et plus tard les deux militants d’extrême droite ont été filmés par la chaîne VPRO devant un autre McDonald’s de Leiden.

« Notre propre sol »

Le même jour, un tract a été discrètement distribué en différents endroits. Dans ce texte, Voorpost résume les aspects négatifs de McDonald’s et d’une alimentation carnivore. « Le groupe 100% néerlandais Voorpost vous offre une solution alternative – une jolie pomme, saine et néerlandaise. Un produit honnête de notre propre sol. » Cependant, les membres de Voorpost ne sont pas tous végétariens, bien au contraire. À la fin du mois de mai 1999, Voorpost a tenu un rassemblement (interrompu par l’organisation Action Antifasciste) et un grand barbecue qui aurait consommé des kilos de viande… s’il avait pu avoir lieu.

« Les Néerlandais d’abord »

Selon Voorpost, l’Amérique est un Etat impérialiste qui produit une « culture uniforme et étouffante de la consommation » et une « génération américanisée, avachie et gavée de télévision » Cette approche, que l’on rencontre parfois dans les milieux de gauche, ne tient pas compte de l’existence de différentes classes aux Etats-Unis et des formes de résistance qui s’y manifestent. Pour Voorpost, McDonald’s symbolise les tentatives étrangères de miner « notre » culture et « notre » économie néerlandaises.

Récemment Voorpost a exprimé sa solidarité avec les paysans français, qui protestaient contre McDonald’s. Leurs actions ont été provoquées par les décisions américaines de diminuer les importations de certains produits agricoles français. Elles étaient fortement anti-américaines et protectionnistes. Et la xénophobie a joué un rôle important dans cette mobilisation. De nombreux groupes de gauche et de droite ont soutenu ces actions.

L’anti-américanisme de Voorpost crée un terreau fertile pour une propagande nationaliste dans laquelle le capital international « étranger » est dénoncé comme le principal responsable de nombreux problèmes. Les actions de l’extrême gauche et des anarchistes contre McDonald’s qui ont une tonalité anti-américaine peuvent involontairement contribuer à ce climat xénophobe. Cependant, il est impossible de diviser le Capital entre une fraction internationale, une fraction étrangère et une fraction nationale. Le Capital est indivisible et exploite toujours les travailleurs, quelles que soient les frontières qui les séparent.

Gerrit de Wit, janvier 2000