Accueil > Cercle social > Lettre au Cercle de discussion de Paris sur l’organisation (...)

Lettre au Cercle de discussion de Paris sur l’organisation révolutionnaire

mercredi 21 janvier 2004, par admin

Chers camarades du Cercle de discussion de Paris,

J’ai entamé la discussion sur votre brochure sur un thème apparemment un peu marginal dans votre texte, quoique indirectement lié à votre existence même : le lien historique entre franc-maçonnerie et mouvement socialiste révolutionnaire. Or, ce bref survol amenait tout de même assez directement à l’une de vos questions centrales, la vision léniniste de l’organisation. C’est donc de la conception de l’organisation que je voudrais discuter dans ce courrier, à partir du bilan que vous dressez de votre expérience dans le CCI.

Pour commencer, il faut se rendre à l’évidence. La manière dont vous exposez le passage du CCI d’une position souple dans ce domaine (partiellement liée à l’origine anarchiste d’une partie des fondateurs du Courant) à une redécouverte du léninisme, est, sans le dire vraiment, un constat d’échec de l’un des postulats de base du CCI : la possibilité de créer une synthèse entre les gauche Hollandaise (conseilliste) et Italiennes ("bordiguiste", léniniste radicale), sous le nom de Gauche communiste. Ces tendances entretiennent bon nombre de rapports, certes, mais divergent précisément sur cette question de l’organisation. Or, vous indiquez à plusieurs reprises que le recentrage du CCI en matière d’organisation s’est faite sur la base du rejet du conseillisme. En réalité, il ne reste effectivement plus grand chose de la gauche Hollandaise dans le CCI, et surtout pas son message essentiel : l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes. En outre, le poids de l’invariance bordiguiste se fait sentir : même en se repliant sur lui même, le courant est supposé transmettre intact aux générations futures le bel héritage d’un marxisme momifié.

Mais il ne suffit pas de constater que le CCI s’est progressivement réorienté en abandonnant ses références conseillistes. Il faut savoir pourquoi. Vous indiquez que ce changement est opéré dès le milieu des années 80. Cela limite donc la portée de la mort de Marc Chirik, survenue après, et de la lutte pour le pouvoir qui s’ensuit. Cette lutte, comme vous l’expliquez, survient dans un contexte déjà lourd et une organisation fragilisée par des départs et des scissions, c’est-à-dire déjà par des cristallisations politiques successives, chaque départ resserrant le débat et surtout les liens de l’organisation autour des points de rupture. La défense du groupe contre les positions qui ont amenées à la scission sont extrêmement propices à la sclérose politique. Choisis ton camp, camarade… Il est intéressant de constater que le débat s’est en réalité poursuivi en dehors du CCI, puisque bon nombre de groupes ou revues de "l’ultragauche" sont issues des diverses scissions et ruptures du CCI, ou l’ont au moins côtoyé de manière aimable avant de lui vouer un mépris ou une haine sans borne (GCI, PIC & Révolution sociale, Échanges & Mouvements, PI...). Pour moi qui n’ait jamais appartenu ni au CCI, ni à l’un ou l’autre de ces groupes, il me semble que la réalité politique du CCI des origines n’est plus à chercher dans le CCI actuel, mais dans le vaste ensemble qui en est issu.

Le conseillisme, conçu de manière stricte, est évidemment peu propice à une organisation révolutionnaire. Certes, le KAPD a compté quelques milliers d’adhérents, mais parce qu’il était issu d’une situation réelle de conseils, dont il représentait à la fois la théorisation, la sauvegarde... et peut-être la preuve de l’échec : le reflux des conseils aboutit à leur raidissement sous la forme d’un parti, qui disparaît lui-même rapidement. C’est une perspective d’analyse à développer, même si elle n’est pas spécialement plaisante pour notre mythologie. Il existe effectivement un paradoxe étrange, à la base même de toute organisation révolutionnaire. Si on admet un spontanéisme absolu, les organisations révolutionnaires sont inutiles et même dangereuses. Mais les révolutionnaires (au sens de ceux qui désirent la révolution alors même qu’elle n’est pas en train de se produire - révolutionnaristes serait d’ailleurs plus exact) existent et l’idée même qu’il ne servent à rien leur est insupportable. Le spontanéisme pur demande une stricte abnégation, une patience redoutable. Les révolutionnaires sont alors contraints de se regrouper, soir pour attendre la révolution à plusieurs (mais ça est pas beaucoup plus satisfaisant), soit pour la préparer d’une manière ou d’une autre (soit peut être les deux en même temps). Selon leur degré de patience et leur analyse, ils vont se diriger vers des groupes plus ou moins spontanéistes, ou au contraires avant-gardistes, ou encore dans différentes formes d’immédiatisme (réformisme, utopisme, terrorisme). En définitive, les organisations révolutionnaires servent essentiellement à regrouper les révolutionnaires pour leur rendre l’absence de révolution plus vivable. C’est terrible, mais c’est une donnée à ne pas sous-estimer. Cette sensation est probablement accrue pour les groupes qui sont dans une position un peu intermédiaire entre le spontanéisme et l’avant-gardisme, ce qui était le cas du CCI à ses débuts. Le groupe qui porte ce nom actuellement a rompu avec toute forme de spontanéisme (conseillisme) pour avancer dans la ligne de l’avant-gardisme forcené et prendre dans ses bras le teddy-bear rassurant de l’Invariance, même sans en prononcer le nom.

Paul Mattick (dans Le nouveau capitalisme et l’ancienne lutte de classe) admettait ce type d’analyse en terme de logique de groupe, donc de psychologie, mais en inversant la perspective. Pour lui, "Même pour assurer leur simple survie, les organisations radicales impuissantes seront amenées à invoquer la spontanéité comme facteur décisif de transformation radicale. Hors d’état de changer la société par leur propres moyens, elles mettent tous leurs espoirs dans les soulèvements spontanés des masses, remettant à plus tard de rendre compte de tels phénomènes". Mais il écrivait cela dans un texte publié en 1968, c’est-à-dire à un moment où cette hypothèse paraissait relativement crédible, où elle participait effectivement d’un mouvement de la classe. Spontanéisme et avant-gardisme effectif étaient alors deux manières de voir et de préparer concrètement la révolution. Dans la phase descendante de la vague révolutionnaire des années 70, un tel point de vue devenait difficile à tenir, non politiquement mais réellement psychologiquement. L’avant-gardisme auto-proclamé, réellement arrière-gardiste, était la conséquence de ce replis.

Lorsque vous parlez des contraintes objectives de la vie d’un groupe révolutionnaire, il me semble que vous sous-estimez deux problèmes.

1° si vous notez justement la dynamique sociologique des structures associatives, vous passez peu être trop vite dessus. La "tendance organique à l’inertie, à la conservation et à l’autoreproduction" est une chose très importante, dès lorsque ce groupe tend à ne plus se développer, à amener moins d’éléments neufs, à réduire numériquement. Pudiquement (et conformément à une tradition solidement ancrée dans le mouvement révolutionnaire), vous ne donnez aucune donnée chiffrée sur l’évolution du nombre de militants, l’importance numérique de chaque scission, ni même sur la pyramide des âges (comme le faisait, par un féconde provocation, l’internationale situationniste). De même, alors que vous posez justement la question des "générations" et de leur expérience (question que nombre de groupes des années 70 commencent à se poser), vous semblez gênés par ce concept qui vous paraît étranger au marxisme. Comme si le marxisme vivant, ce n’était pas justement la capacité à intégrer les données et concepts des sciences humaines dans nos analyses… Même si ces facteurs ne sont qu’une partie de l’explication, il serait erroné de ne pas les prendre en compte. Le CCI, si on lit entre vos lignes, est un courant qui a mal vieilli et qui s’est resserré sur quelques analyses clef en main pour éviter de regarder en face la faiblesse de ses prophéties lancées souvent avec emphase .

2° Vous suggérez que le CCI est un produit de la lutte de classe à la fin des années 60 - début des années 70. Formellement, ce n’est pas faux, puisqu’il s’agit d’une convergence de plusieurs groupes réunis (brièvement, comme je l’ai déjà dit) dans une structure commune au cours de ces années de lutte, bien que de votre propre aveu, il en fut toujours assez distant en réalité. Mais lorsque vous dites que "tout son parcours ultérieur peut objectivement être décrit comme un progressif écart du bain créateur de la classe des prolétaires en tant que mouvement historique", il me semble que vous introduisez une distinction qui fleure encore le léninisme ou l’ouvriérisme, bien malgré vous. Là encore, l’absence de données sociologiques nuit sans doute à la compréhension, mais il j’ose imaginer que les militants du CCI ne sont pas majoritairement des petits industriels, des exploitants agricoles fortunés ou des notaires. Autrement dit, ce sont des salariés, du secteur privé ou public, ou des chômeurs, même si, comme c’est le cas dans le milieu libertaire, les ouvriers industriels sont rares (ouvriérisme : réduction du prolétariat aux seuls ouvriers d’industrie). Autrement dit, l’écart ne se fait pas entre le CCI et le prolétariat, puisque ses militants sont des prolétaires (léninisme : extériorité des communistes par rapport au prolétariat). A fortiori, il en va de même pour les camarades du CDP. La subtilité réside dans la précision "en tant que mouvement historique", ce qui peut signifier deux choses : en tant que classe consciente de l’être (bordiguisme, identité du parti et de la classe) ou en tant que classe en lutte (communisation, la lutte des classe quotidienne transcroissant en révolution). C’est effectivement là où le bas blesse. Comme vous l’avez noté à plusieurs reprises, le CCI est longtemps resté à l’écart des luttes comme un observateur critique, entraînant le départ de la tendance qui à pris le nom de Pour une Intervention Communiste. Puis a tenté lui-même, en réaction, un interventionnisme déplacé et ouvriériste (meeting de rue...), avant d’arriver à la situation navrante que livre la lecture mensuelle de Révolution Internationale : une dénégation systématique de toute lutte actuelle, considérée comme irrémédiablement entachée de syndicalisme. Pire, RI en est arrivée a dénoncer toute forme d’action directe comme "étrangère à la classe ouvrière" à l’occasion du conflit Cellatex cet été. Cela ne surprend guère, étant donné que l’anti-anarchisme le plus sommaire est au sommaire de chaque livraison depuis quelques mois. Qu’il y ait des limites aux mouvements sociaux très durs de cet été, certes, mais une condamnation aussi massive est significative : le CCI ne comprend plus ni le capitalisme, ni la lutte de classe dans leur stade actuel. Véritable "arrière-garde du mouvement ouvrier", il est identique en cela à de nombreux groupes marxistes et libertaires : il ne fait illusion que par la répétition identique d’un certain nombre de principes de base fondateurs du mouvement révolutionnaire. Votre image de la pendule arrêtée qui donne l’heure juste deux fois par jours est très parlante.

Revenons au terrible constat initial sur le rôle des organisations révolutionnaires. Le CCI, dites vous, est né de la vague révolutionnaire qui a suivi 1968, tout en reprenant le corpus théorique de la GCF. Mais il est créé en bout de cours de ces années, en 1975. On est exactement dans ce cas de figure d’organisation - créée par des travailleurs qui formalisent ainsi leur expérience ­- qui en même temps se fige rapidement parce que la vague révolutionnaire en reflux les place en situation de conserver cette expérience dans l’espoir de la transmettre. Le Bordiguisme, dont cette notion de transmission par un petit groupe attendant des jours meilleurs est l’un des principes de bases, est évidemment attirant, beaucoup plus que le conseillisme qui demande de faire confiance aux travailleurs au moments même où ceux-ci sont moins actifs dans leurs luttes. Si ce groupe ne parvient pas à rester en phase avec la situation par une activité analytique et théorique, il se sclérose sous la forme d’une secte. On touche donc à la question de la praxis. Le CCI, tout comme une bonne part des "révolutionnaires" actuels, tout en étant au moins sociologiquement une organisation de travailleurs, est stérile et même réactionnaire (en temps que groupe, ce qui ne signifie pas que ses militants le soient tous) parce qu’il ne dispose ni d’une théorie révolutionnaire (une compréhension matérialiste du monde fondée sur l’analyse de la situation actuelle réelle), ni d’une pratique révolutionnaire (un investissement dans les luttes, à la mesure de ses forces réelles).

Dans une perspective spontanéiste ou en tout cas non-avant-gardiste, le paradoxe de l’organisation révolutionnaire qui ne sert pas à autre chose qu’à rassembler des révolutionnaires peut trouver une esquisse d’issue dans son rôle critique à condition d’en être conscient : puisque les organisations révolutionnaires existent et qu’elles sont un danger potentiel pour la révolution, c’est une tâche révolutionnaire que de les dénoncer et de démontrer leur rôle nuisible. C’est grosso modo ce que font bon nombres d’organisations, même lorsqu’elles ne se considèrent pas comme spontanéistes. Chacune à sa cible préférée : Lutte Ouvrière pour le CCI, le CCI pour le GCI, le GCI pour Robin Goodfellow, et si je n’abuse, un certain GCM probablement disparu pour Robin Goodfellow. On pourrait en citer d’autres.

J’ai suivi ce paradoxe dans ses conséquences les plus absurdes parce qu’il me semble effectivement important de comprendre que la tendance au regroupement est inhérente à la lutte des classes, quand bien même elle peut s’avérer dangereuse en situation révolutionnaire, en créant un groupe distinct de la classe, embryon de bureaucratie puis d’état (c’est une extension de la notion d’état illégal que j’ai avancé par ailleurs dans un article de Demain le monde n° 5). C’est une contradiction absolument essentielle, qu’il ne faut pas négliger. C’est elle qui a tué toutes les révolutions survenue à ce jour : un groupe organisé, quelque soit son idéologie, parvient à prendre le pouvoir et s’institue en État. Le bolchevisme est l’exemple le plus parlant : un groupe ultra-centralisé s’érige en gouvernement, chasse les autres partis révolutionnaires (SR de gauche, Menchevik internationalistes, anarchistes) et brise le pouvoir des conseils. Rapidement, il devient une organisation "fasciste" qui brise par la violence les résistances, y compris lorsqu’elles surgissent en son sein. La doctrine de l’unité du parti à tout pris a joué un rôle particulièrement réactionnaire dans ce processus. Le rôle d’un révolutionnaire, c’est de faire la révolution, même et surtout en tant de révolution. La véritable révolution permanente, c’est la succession ininterrompue de révoltes, c’est-à-dire d’intervention politique des masses pour empêcher la sclérose de la révolution.

Reste alors une question majeure, toujours non résolue : on ne sait pas réellement comment ni surtout pourquoi démarre une révolution. Cela signifie qu’on ne sait pas si la propagande révolutionnaire sert à quelque chose. Globalement, on peut penser que oui en insistant sur le fourmillement de groupes et de débats avant la révolution russe, et sur la relative importance des organisations révolutionnaires (les SR étant de loin les plus nombreux...), ou se pencher sur l’agitation ouvrière avant la commune, mais c’est peut être une nouvelle manière de s’illusionner sur notre rôle, d’autant plus qu’elle a été une défaite sanglante pour le prolétariat. On sait qu’une organisation révolutionnaire peut être utile pour terminer une révolution, mais on n’a pas de preuve très solide du contraire. En outre, il ne faut pas faire semblant que dans une révolution, il n’y aura qu’un seul parti révolutionnaire. Il y en aura nécessairement une multitude, même si chacun s’accordera sur le fait que les autres sont les adversaires objectifs de la révolution. Les organisations qui actuellement se considèrent comme telles tenterons toutes de jouer leur rôle, pour le meilleur et pour le pire. Mais l’interdiction et la répression, loin de protéger le prolétariat de leur influence néfaste, constitueront le signe le plus sûr du début de la réaction. Le rôle des révolutionnaires sera alors de s’y opposer. Le multipartisme seul est révolutionnaire. C’est une contradiction essentielle à souligner.

La question de l’organisation, enrichie par l’expérience des révolutions antérieures, se pose donc en d’autres termes. Il ne s’agit plus seulement de savoir comment éclate une révolution, ni comment se met en place le pouvoir des conseils, mais comment empêcher la prise du pouvoir par un groupe organisé, par un Etat de fait. La question politique essentielle, c’est : comment ne pas prendre le pouvoir sans qu’il soit pris par d’autres. C’est pourquoi, à mon sens, la question de l’organisation est indissociablement liée à l’analyse que l’on a de ce qu’est concrètement l’État. Il me semble que la plus grande faiblesse théorique de votre brochure "Que ne pas faire ?", c’est précisément cette définition de l’État, qui est quasiment absente. Je reviendrais plus en détail sur ce sujet dans mon prochain courrier. Bien sûr, la question de l’organisation aujourd’hui, c’est-à-dire dans l’immédiat, ne peut être tranchée sur ce seul critère, mais il est d’une importance capitale. Vous posez, dans QNPF, la question de la mise en place d’un réseau de débats ouverts, où la question de l’organisation pourrait être discutée. Je propose d’y ajouter la question de la définition de l’État, non en absolu mais dans son existence et son rôle réel dans le stade actuel du capitalisme.

Je laisse de côté, volontairement, la question pourtant essentielle du lien entre analyse globale et luttes sectorielles, parce qu’il me semble premièrement qu’il ne peut être discuté qu’après la question de l’Etat, deuxièmement parce qu’il nécessite une étude elle-même assez approfondie, plus que les quelques axes que j’ai essayé de tracer ici en préalable à un débat.

Je ne conclurai pourtant pas d’une manière totalement négative, faute d’avoir creusé plus avant la question - et j’espère que nous aurons l’occasion d’en discuter de manière plus approfondie - mais je vois donc, en résumé, trois points essentiels à ce stade de la discussion :

1° Les révolutionnaires (révolutionnaristes) ont "naturellement" tendance à se regrouper par affinité et à vouloir hâter la venue de la révolution. Leur degré d’impatience les amène, selon les tendances de la lutte de classe et leur analyse - plus ou moins solide - de la situation, à formaliser ce regroupement sous la forme d’une organisation.

2° Dans une révolution, une organisation révolutionnaire peut devenir nocive si elle parvient à prendre le pouvoir, car elle sera à amenée à se constituer de fait en classe d’Etat. A la question Que ne pas faire ? je réponds, prendre le pouvoir ou le laisser quelqu’un d’autre le prendre. Le premier axiome est assez simple à réaliser, le second particulièrement difficile et conditionne pourtant la victoire de la révolution.

3° Les deux premiers points forment les termes d’une contradiction à peu près insoluble. Il ne reste qu’à l’organisation révolutionnaire - au sens large - à être le mieux préparée possible à affronter cette contradiction, parce que de débat théorique aujourd’hui, elle deviendra l’enjeu réel de la révolution demain.

Espérant recevoir de votre part toutes les critiques qu’un texte aussi sommaire mérite,

Fraternellement,

Nicolas, 13 septembre 2000